Les femmes de Marie-Josée Lord

Avec Toutes ces femmes en moi, la soprano Marie-Josée Lord interprète des femmes qui l'animent et l'inspirent.
Avec Toutes ces femmes en moi, la soprano Marie-Josée Lord interprète des femmes qui l'animent et l'inspirent.
Photo : Laurence Labat

Les planches de la Salle Maurice-O’Bready vibreront fort le mardi 10 mars : la soprano Marie-Josée Lord déploiera la puissance de sa voix comme rarement auparavant, dans le cadre de sa tournée Toutes ces femmes en moi.

La nouvelle production de la bien-aimée chanteuse se veut un rendez-vous chaleureux, une soirée en toute intimité où elle interprète des femmes qui l’habitent, l’animent et l’inspirent. De Diane Dufresne à Madame Butterfly en passant par Maria Callas, Carmen et Nana Mouskouri, c’est un voyage lyrique aux pays onduleux de la féminitude que propose Marie-Josée Lord.

«C'est un récital dans lequel je vais passer avec les gens par les passages obligés de la femme. Je vais prendre des airs qui correspondent à ces passages pour que le public se rende compte qu'il y a de grands thèmes qui ont été abordés par rapport à la femme à travers les grands airs d’opéra : la beauté, la peur de vieillir, la trahison, la perte d'un enfant, l'abus...», décrit-elle.

Accompagnée par trois musiciens, Marie-Josée partage des histoires et quelques secrets au sujet de ces personnages féminins qu’elle a rencontrés à l'opéra, sur la scène ou dans la vie quotidienne. Le public sera bercé par la voix de Lord telle qu’on la connaît, chaude et enrobante, tout en révélant des montées vocales aux éclats plus mordants. «C’est un autre défi vocal pour moi. On m’associe souvent à la musique de Puccini et Gershwin mais là, je dois utiliser une dimension plus «spinto» de ma voix.»

Toutes ces femmes en moi est présenté au Centre culturel de l’Université de Sherbrooke, le mardi 10 mars à 20 h. Pour des renseignements et des réservations, consultez le site Internet ou encore le 819 821-1000.

Quelques mots au sujet de Marie-Josée Lord

D'origine haïtienne, Marie-Josée Lord est adoptée à l’âge de cinq ans par un couple de Québec, où elle fait son apprentissage de la musique. Pianiste et violoniste, c’est à 22 ans qu’elle découvre le chant classique, un véritable coup de foudre. «Je découvrais une forme d’art qui répondait à toutes mes demandes, révèle-t-elle; un sentiment comparable au fait de trouver l’homme de sa vie!»

Elle entame sa carrière professionnelle à l’automne 2003 dans le rôle de Liù de l’opéra Turandot (Puccini), à l’Opéra de Québec. En février 2004, le public montréalais est séduit à son tour par son interprétation de Mimi dans La Bohème (Puccini), une production de l’Opéra de Montréal. Son travail acharné, son charisme, sa générosité et sa passion feront le reste. En 2011, elle reçoit un Félix pour son premier album solo avec l’Orchestre Métropolitain dans la catégorie Album de l’année — classique/vocal. L’album paru chez ATMA classique devient un des plus grands vendeurs de la compagnie canadienne. En 2012, Marie-Josée Lord est aussi nommée au prix Juno dans la catégorie Album de l’année - classique/vocal.