La grippe s'invite durant les fêtes

Le pic de la saison de l'influenza s'annonce pour la période des fêtes, selon le professeur Éric Frost.
Le pic de la saison de l'influenza s'annonce pour la période des fêtes, selon le professeur Éric Frost.
Photo : fournie

Ah, le temps des fêtes! On aime s’échanger des vœux, se donner des cadeaux, s’offrir du bon temps en famille, se faire la bise. Mais attention : cette année, la grippe pourrait également s’inviter et ruiner les festivités.

«Je ne peux pas prévoir le verglas, ni les tempêtes de neige, mais le pic de la saison de l’influenza est plus prévisible et il s’annonce pour la période des fêtes, soit à la fin de décembre», avise le professeur Eric Frost, du Département de microbiologie et d’infectiologie.

«En fait, les statistiques de détection d’influenza au Québec nous démontrent une montée parallèle à l’année 2012, alors que le pic de l’épidémie avait eu lieu dans la semaine du 28 décembre. Par conséquent, on devrait s’attendre à un pic de l’influenza au même moment cette année», précise le professeur de la Faculté de médecine et des sciences de la santé.

Lors d'une saison typique d'activité grippale, une moyenne de 5 à 20% de la population est touchée. Une saison particulièrement intensive de type A peut atteindre 30% de la population. Les complications graves et les décès sont surtout enregistrés chez les personnes âgées alors que les taux plus élevés d'infection et des maladies cliniques se retrouvent chez les enfants.

«Il serait sage de penser à la vaccination contre la grippe dès maintenant, surtout pour protéger nos ainés, nos enfants et les personnes à risque», conseille le professeur Éric Frost.
«Il serait sage de penser à la vaccination contre la grippe dès maintenant, surtout pour protéger nos ainés, nos enfants et les personnes à risque», conseille le professeur Éric Frost.
Photo : Robert Dumont

«Alors il serait sage de penser à la vaccination contre la grippe dès maintenant, surtout pour protéger nos ainés, nos enfants et les personnes à risque. Bien qu’il ne soit pas parfait, le vaccin diminue les risques d’infection. Et si plusieurs se font vacciner, l’impact cumulatif sera sans doute protecteur», souligne le professeur Frost. L’organisme prend jusqu'à deux semaines après la vaccination pour se constituer une immunité. «Mais la période d’incubation du virus de l’influenza est en moyenne de deux à trois jours, alors il faut avoir des anticorps prêts à l’avance pour nous défendre!»

Mais pourquoi se faire vacciner chaque année? En premier lieu, parce que la durée de l'immunité après l'administration du vaccin peut varier d'une personne à l'autre (de 6 à 12 mois de protection). Il faut donc une dose de rappel à chaque saison grippale. De plus, le virus de la grippe change d'une année à l'autre. Le vaccin antigrippal de cette saison protège contre le virus H3N2, qui est la souche la plus répandue en Amérique du Nord actuellement, selon l’Agence de la santé publique du Canada, et aussi protège contre le virus H1N1 et l’influenza B.

Faits en bref

- La grippe saisonnière est très contagieuse et peut se transmettre rapidement d'une personne à l'autre. Une personne infectée par le virus de l'influenza est probablement contagieuse depuis 24 heures avant le début des symptômes et le demeure pendant une période pouvant aller jusqu'à 8 jours.

- Le lavage fréquent des mains est un autre moyen de prévenir la propagation de la grippe.

- Il faut tousser dans le pli de son coude ou dans un Kleenex.

- Si on est grippé, il vaut mieux rester à la maison et limiter ses contacts avec d’autres personnes, surtout les personnes âgées ou fragiles.

- Il est important de se faire vacciner contre la grippe tous les ans.