Département d'histoire

Décès du professeur Basile Spiridonakis

Basile Spiridonakis (à droite) avec Bernard Chaput et Jean-Guy Lavallée lors des Grandes Retrouvailles d'octobre 2004.
Basile Spiridonakis (à droite) avec Bernard Chaput et Jean-Guy Lavallée lors des Grandes Retrouvailles d'octobre 2004.
Photo : Université de Sherbrooke

Basile Spiridonakis, professeur retraité, fondateur du Département d'histoire de l'Université de Sherbrooke, est décédé le 9 octobre dernier.

Entré en fonction le 1er septembre 1963 à l’Université de Sherbrooke armé d’une maîtrise en histoire de l’Université Colombia (New York) et d’un doctorat de la Sorbonne (Paris), on lui a donné le mandat l’année suivante de constituer un tout nouveau département d’histoire au sein d’une faculté des Arts qui décernait alors un baccalauréat général. C’est dans la foulée des réformes de l’éducation que l’Université avait senti le besoin de créer des baccalauréats spécialisés et le Département d’histoire était un parmi plusieurs qui furent créés en 1964 et 1965. Basile Spiridonakis s’est donné avec enthousiasme et ferveur à cette tâche et il est demeuré six ans directeur du département pour en accomplir la mise en place.

La passion du professeur Spiridonakis pour l’histoire était légendaire et c’est avec acharnement qu’il a développé les collections historiques de la bibliothèque Roger-Maltais, notamment en termes de sources primaires imprimées mais aussi avec des abonnements aux grands périodiques historiques. Très méticuleux, il croyait aux vertus de la méthode historique et il l’a défendu dans bien des dossiers qui ont bénéficié de sa vigilance et de son implication.

Recherche et enseignement

Basile Spiridonakis laisse des ouvrages incontournables dans son champ d’intérêt qu’était l’étude des derniers siècles byzantins. Son livre Grecs, Occidentaux et Turcs de 1054 à 1453 : Quatre siècles d’histoire des relations internationales, publié par l’Institut des études balkaniques, est encore d’actualité et est régulièrement cité dans les récents développements de la recherche. Son étude Mémoires et documents du Ministère des affaires étrangères de France sur la Russie est un recueil essentiel aux chercheurs en études de la Russie médiévale et moderne. Il a aussi publié de nombreux articles en français, en anglais et en grec.

M. Spiridonakis était un professeur prévenant, rigoureux et passionné. Lorsqu’un étudiant se présentait à son bureau, il se montrait accueillant et prodiguait, à qui le sollicitait, une multitude de conseils. Il avait très à cœur leur réussite. Devant l’augmentation des effectifs et pour développer d’autres champs d’enseignement, il prit en charge, encouragé par ses collègues et par le directeur du département à cette époque, Guy Laperrière, de mettre sur pied des cours sur le monde musulman et sur la Russie. Ces cours, créés dans les années 1970, répondaient à une demande des étudiants et font encore partie du programme d’enseignement (le cours sur la Russie est donné par Tristan Landry et le cours sur les mondes musulmans, par Geneviève Dumas).