La face cachée des rénovations au Centre culturel

Lorsqu'on entre dans la nouvelle salle Maurice-O’Bready, les fauteuils rouge vif retiennent d’abord notre attention. Puis on foule la moquette neuve, qui donne une élégance renouvelée à la pièce. Dans son ensemble, la salle nous apparaît rafraîchie, feutrée et confortable. Pourtant, les améliorations ne s’arrêtent pas là, bien au contraire. Alors que se cache-t-il derrière les rénovations au Centre culturel de l’UdeS?

«Ce que le public ne voit pas, mais qui fait toute la différence, ce sont les équipements numériques de pointe, les nouveaux systèmes de scène, l’acoustique retravaillée ou encore le système de gestion de l’air amélioré», précise Mario Trépanier, directeur général du Centre culturel de l’Université de Sherbrooke.

Le projet de mise à niveau du Centre culturel représente l’un des plus importants investissements culturels au Québec. «Il fallait être capable d’avoir une salle qui pouvait techniquement accueillir toutes sortes de productions, notamment grâce à un virage majeur vers le numérique, ajoute Mario Trépanier. La technologie est de plus en plus présente dans tout ce qui est spectacle de variété : tant les grandes comédies musicales que les productions théâtrales. Aujourd’hui, au terme de 50 ans de diffusion, nous avons un Centre culturel plus performant, au grand bénéfice de la population de l’Estrie.»