Jeux du commerce

Des étudiants en administration de l’Université de Sherbrooke se penchent sur les 4 à 7

Pour cette première édition du « Concours du doyen » qui s’est déroulée le 1er novembre dernier, six équipes composées de trois à quatre étudiants au baccalauréat en administration des affaires, de diverses concentrations, faisaient équipe pour résoudre une problématique très actuelle ayant pour thème « Les 4@7: stop ou encore? ».

Pour cette première édition du « Concours du doyen » qui s’est déroulée le 1er novembre dernier, six équipes composées de trois à quatre étudiants au baccalauréat en administration des affaires, de diverses concentrations, faisaient équipe pour résoudre une problématique très actuelle ayant pour thème « Les 4@7: stop ou encore? ».


Photo : David Letky

Chaque année, les futurs délégués des Jeux du commerce participent massivement au concours KGP, une compétition interuniversitaire de résolution de cas en gestion de projet. En marge de cette compétition, Adrien Bourdon, étudiant à la maîtrise en administration, concentration en stratégie de l’intelligence d’affaires et coordonnateur académique à la Faculté d’administration, a eu l’idée de créer une simulation de gestion de cas spécifique à l’Université de Sherbrooke, afin de se pencher sur un cas sociétal d’actualité. C’est ainsi qu’est né le « Concours du doyen ».

Pour cette première édition qui s’est déroulée le 1er novembre dernier, six équipes composées de trois à quatre étudiants au baccalauréat en administration des affaires, de diverses concentrations, faisaient équipe pour résoudre une problématique très actuelle ayant pour thème « Les 4@7: stop ou encore? ». Les équipes avaient 3 heures pour préparer leur argumentaire avant de présenter leur proposition finale devant un panel d’experts. Une période de questions de 10 minutes était allouée aux membres du jury après la présentation de 20 minutes de chacune des équipes.

François Coderre, doyen de la Faculté d'administration, est très heureux de constater que cette problématique préoccupante a été prise au sérieux, et que les pistes de solutions pouvaient aussi émaner des principaux intéressés. « L’UdeS travaille déjà très sérieusement à la mise en place de moyens pouvant atténuer les débordements qui menacent la tenue des 4 à 7 sur le campus et qui nuisent à l’image de l’institution. Pour tenter d’apporter des pistes de solution à la problématique, nous avons proposé à nos étudiants de préparer des recommandations en suivant quelques questionnements. Comment éviter les incidents liés à la consommation d’alcool? Comment assurer la pérennité de l’événement en accord avec les valeurs promues par l’UdeS? Comment atteindre les objectifs des associations étudiantes, comme le réseautage, la fraternisation et les revenus? Toutes ces questions reviennent à la question principale que se pose l’Université, à savoir si les 4 à 7 ont toujours leur raison d’être. »

Josué Petit, étudiant de 3e année au baccalauréat en administration des affaires, concentration en finance, faisait partie des candidats triés sur le volet pour cette première édition. « En termes de préparation, cette activité nous permet de travailler avec des étudiants de diverses concentrations et d’avoir des points de vue différents selon leur domaine d’expertise : la comptabilité, la finance, les ressources humaines ou le marketing. Ça nous fait sortir de notre zone de confort en travaillant avec des personnes différentes et d’attaquer la problématique selon différents angles. En plus, cette activité nous aide à trouver des pistes de solution concrètes qui reflètent nos réalités distinctes. »

Élizabeth Teasdale, étudiante de 2e année au baccalauréat en administration des affaires, concentration finance, est satisfaite de son expérience. « C’est une bonne dose de stress. L’objectif reste de nous déstabiliser pour résoudre une problématique complexe et surtout très actuelle, avec de nouveaux coéquipiers et justement nous faire vivre une expérience similaire à celle qu’on vivra lors des Jeux du commerce. »

L’Université de Sherbrooke accueillera la 27e édition des Jeux du commerce du 2 au 5 janvier 2015. Depuis 1989, cet événement interuniversitaire réunit 1 040 délégués provenant de 13 universités de l’Est du Canada pour des compétitions académiques, sportives et sociales. Les objectifs de la compétition sont de favoriser les relations entre la future génération de gens d’affaires et les entreprises, de créer des liens durables entre les participants, de développer l’initiative, d’encourager la saine compétition et surtout l’excellence.