Collation des grades 2014

Quatre personnalités reçoivent un doctorat honorifique

Le doctorat honoris causa reconnaît l'apport exceptionnel d'une personne au développement des connaissances.
Le doctorat honoris causa reconnaît l'apport exceptionnel d'une personne au développement des connaissances.

Photo : Michel Caron

Lors de la cérémonie de la collation des grades du 20 septembre, l’Université a rendu hommage à quatre personnalités remarquables en leur décernant un doctorat honoris causa. Les récipiendaires sont Marie Deschamps, docteure d’honneur en droit; Conrad Lecomte, docteur d’honneur en éducation; Alan Bernstein, docteur d’honneur en médecine et sciences de la santé; et Rachid Deriche, docteur d’honneur en sciences.

L'attribution du titre de docteure ou docteur d’honneur vise à reconnaître l’apport exceptionnel d’une personne au développement des connaissances ou une contribution particulièrement marquante dans l'un ou l'autre des domaines de l'activité culturelle, scientifique, artistique, sportive, sociale ou économique, à l’échelle nationale ou internationale.

Marie Deschamps : une juriste hors normes

La Faculté de droit décernera un doctorat d'honneur à Marie Deschamps.
La Faculté de droit décernera un doctorat d'honneur à Marie Deschamps.
Photo : fournie

«Sa passion pour le droit ne s’est jamais démentie et est inspirante pour tous», témoigne Me Louise Mailhot, ancienne juge de la Cour d’appel du Québec, à propos de sa collègue Marie Deschamps. «Pendant plus de dix ans, j’ai pu apprécier combien les talents de l’avocate ont enrichi sa contribution à la Cour d’appel : rigueur intellectuelle, profondeur de la pensée, capacité de recherche et de raisonnement exceptionnelles, collégialité sans faille, empathie envers les plaideurs. Tout cela avec un sens de l’humour remarquable et une jovialité cristalline.»

Titulaire d’un baccalauréat en droit de l’Université de Montréal et d’une maîtrise en droit de l’Université McGill, Me Marie Deschamps se voue à la profession d’avocate pendant 15 ans au sein de plusieurs cabinets influents.

En 1990, elle est appelée à la Cour supérieure, où elle siège pendant deux ans avant d’être nommée juge à la Cour d’appel du Québec. Dix ans plus tard, soit en 2002, la juge Deschamps se dirige vers la Cour suprême du Canada et devient la deuxième avocate québécoise à accéder à ce tribunal. Tout au long de cette ascension, ses collègues applaudissent ses qualités exceptionnelles de juriste, soulignant sa rigueur intellectuelle et la profondeur de ses réflexions.

En 2012, Marie Deschamps prend sa retraite de la magistrature afin de se consacrer à ses autres passions : la recherche et la formation des étudiants, notamment auprès d’Éducaloi, de Pro Bono Canada et des facultés de droit des universités de Sherbrooke et de Montréal ainsi que de l’Université McGill. Professeure associée de la Faculté de droit de l’Université de Sherbrooke depuis 2006, elle fait preuve d’un engagement sans faille auprès de celle-ci. Sa bonne humeur contagieuse fait d’elle une professeure très appréciée.

Conrad Lecomte : l’efficacité thérapeutique

Conrad Lecomte deviendra docteur d'honneur de la Faculté d'éducation.
Conrad Lecomte deviendra docteur d'honneur de la Faculté d'éducation.
Photo : fournie

«Il a démontré un leadership présentant une vision innovante du counseling d’orientation, et ce, tout au long de sa carrière», précise Michel Turcotte, ancien président de l’Ordre des conseillers et conseillères d’orientation du Québec. «Conrad Lecomte a l’art, l’autorité en clinique et en recherche, pour amener les conseillers à réfléchir sur leurs pratiques. Il a influencé la rigueur et la pratique de centaines de conseillers d’orientation tant au Québec qu’ailleurs au Canada et à l’étranger.»

Psychologue, professeur et chercheur hors pair, Conrad Lecomte est une référence internationalement reconnue dans le domaine de la formation et de la supervision en psychothérapie. Ses nombreuses recherches sur le counseling, favorisant l'établissement de liens cohérents entre la théorie et la pratique, ont permis la création de modèles d’intervention pertinents pour la pratique des professionnels de la relation d’aide.

Le professeur Lecomte est responsable, entre autres, de l’élaboration d’un processus de supervision clinique pour les intervenants œuvrant auprès de délinquants sexuels incarcérés. Il est aussi à l’origine de la création de programmes d'intervention et de formation visant à faciliter l’accompagnement de décrocheurs et de personnes en recherche d’emploi.

Son influence au niveau du counseling de carrière se fait particulièrement sentir grâce à ses nombreuses productions et activités d’enseignement réalisées notamment à l’Université de Sherbrooke, à l’Université de Montréal et à l’Université Paris 8.

Alan Bernstein : le mieux-être de la planète

La Faculté de médecine et des sciences de la santé décernera un doctorat honoris causa à Alan Bernstein.
La Faculté de médecine et des sciences de la santé décernera un doctorat honoris causa à Alan Bernstein.
Photo : fournie

«Il est un visionnaire qui transforme chaque milieu dans lequel il opère», décrit Denis Thérien, vice-président à la recherche et aux partenariats de l’Institut canadien de recherches avancées. «Alan Bernstein a une compréhension profonde de ce qu’est la vraie excellence scientifique, et il a contribué comme peu d’autres à la hausse de qualité de la production canadienne en recherche, en sciences de la vie bien sûr, mais par effet d’entraînement aussi dans tous les secteurs de l’activité intellectuelle.»

Spécialisé en biophysique médicale, le Dr Alan Bernstein joint les rangs de l’Université de Toronto et de l’Ontario Cancer Institue en 1974, où l’excellence de ses activités de mentorat et de recherche se fait remarquer.

C’est ensuite à titre de gestionnaire qu’il se distingue, d’abord comme premier directeur du Département de biologie moléculaire du développement de l’Institut de recherche Lunenfeld-Tanenbaum de l’Hôpital Mount Sinaï de Toronto, puis comme directeur scientifique de ce même institut. En 2000, le Dr Bernstein devient le président fondateur des Instituts de recherche en santé du Canada, où ses contributions dans le domaine de la promotion des sciences biomédicales gagnent en notoriété, tout comme son influence marquée sur la transformation et la réorganisation de la recherche en santé. Il occupe ensuite le poste de directeur exécutif du Global HIV Vaccine Enterprise avant d’être nommé président et chef de la direction de l’Institut canadien de recherches avancées où il œuvre au développement des pôles d’excellence de recherche du Canada et de leur réseautage international.

Les remarquables réalisations scientifiques de ce visionnaire dans le domaine des cellules souches hématopoïétiques et de la génétique du cancer ont fait l’objet de plus de 200 publications et lui ont valu de prestigieuses distinctions.

Rachid Deriche : de l’informatique à la neuro-imagerie

La Faculté des sciences octroiera un doctorat honorifique à Rachid Deriche.
La Faculté des sciences octroiera un doctorat honorifique à Rachid Deriche.
Photo : fournie

«Rachid Deriche est un scientifique exceptionnel, mais aussi un homme extraordinaire et un mentor qui a été et sera toujours pour moi un conseiller et une grande source d’inspiration», témoigne le professeur Maxime Descôteaux, de l’UdeS, qui a bénéficié de la supervision de ce grand scientifique.

Ingénieur et mathématicien de formation, Rachid Deriche se consacre d’abord à l’étude de la vision par ordinateur, et plus spécifiquement au traitement numérique et à l’analyse mathématique des images, ainsi qu’à la perception 3D. Au fil des ans, ce scientifique joue un rôle majeur dans l’élaboration des fondements théoriques de la vision par ordinateur, le propulsant au rang de sommité internationale.

Gravissant les échelons au sein de l’INRIA, il devient directeur de classe exceptionnelle. Parmi ses plus notables réalisations, mentionnons la publication de près de 300 articles scientifiques, l’aide à la création d’une entreprise d’effets spéciaux pour le cinéma, Realviz, et le développement d’un filtre utilisé dans la plupart des logiciels de traitement d’images tels que Photoshop.

En 2003, Rachid Deriche réoriente ses recherches vers la neuro-imagerie. Là encore, les travaux de ce visionnaire deviennent une référence pour les chercheurs de ce nouveau domaine. Le professeur Deriche, en plus d’avoir encadré toute une génération d’étudiants, exerce une activité importante de consultant et siège à plusieurs comités scientifiques de conférences et de revues spécialisées. Au-delà de sa remarquable notoriété scientifique, il est aussi reconnu pour ses qualités humaines indéniables : son approche aisée et chaleureuse, ainsi que sa capacité d’écoute et de dialogue, en font un collègue des plus agréables à côtoyer.