Renouvellement de l'entente de formation Moncton-Sherbrooke

Des médecins formés en français au Nouveau-Brunswick

Le doyen associé Aurel Schofield, le doyen Pierre Cossette, la ministre Marie-Claude Blais, le recteur Raymond Théberge et le vice-recteur Alain Webster.

Le doyen associé Aurel Schofield, le doyen Pierre Cossette, la ministre Marie-Claude Blais, le recteur Raymond Théberge et le vice-recteur Alain Webster.


Photo : Fournie

La Faculté de médecine et des sciences de la santé renouvelle son partenariat avec l'Université de Moncton et le gouvernement du Nouveau-Brunswick qui vise à former des étudiants en médecine. Une démarche unique à l'échelle canadienne.

La ministre de l’Éducation et du Développement de la petite enfance du Nouveau-Brunswick, Marie-Claude Blais, le recteur de l'Université de Moncton, Raymond Théberge, le vice-recteur au développement durable et aux relations gouvernementales, Alain Webster, et le doyen de la Faculté, Pierre Cossette, en ont fait l'annonce hier à Moncton. Ce renouvellement est le résultat d'un partenariat efficace entre le gouvernement provincial, l'Université de Sherbrooke, l'Université de Moncton, les régies régionales de la santé et les hôpitaux.

Ouvert en 2006, le Centre de formation médicale du Nouveau-Brunswick est en constant développement. «L’Université de Sherbrooke et le gouvernement du Nouveau-Brunswick contribuent grandement à faciliter l’accès aux études médicales pour nos étudiants francophones de l’Acadie», mentionne le recteur et vice-chancelier de l’Université de Moncton, Raymond Théberge.

Le déploiement à Moncton du programme de doctorat en médecine de la Faculté de médecine et des sciences de la santé et la participation de l’Université de Sherbrooke au Centre de formation médicale du Nouveau-Brunswick constituent une démarche unique à l’échelle canadienne. «Une démarche qui traduit bien la volonté de l’UdeS d’innover constamment pour mieux répondre aux besoins des collectivités où elle est implantée, souligne Alain Webster, vice-recteur au développement durable et aux relations gouvernementales. La présente entente permettra de poursuivre et d’intensifier nos relations au bénéfice de nos étudiantes et étudiants et de l’ensemble de la communauté francophone du Nouveau-Brunswick.»

En 2006, l'entente conclue prévoyait la mise en commun de l'expertise et des ressources des deux universités. L'Université de Sherbrooke donne les quatre années de son programme de formation prédoctorale en plus des deux années postdoctorales en médecine familiale à l'Université de Moncton. Chaque année, une vingtaine de personnes entreprennent leurs études en médecine au Nouveau-Brunswick. L'enseignement y est donné par des professeurs cliniciens et par des professeurs en sciences nommés respectivement par l'UdeS et l'Université de Moncton.

«L’entente s’inscrit dans la mission de la Faculté de médecine et des sciences de la santé, rappelle le doyen, Pierre Cossette. Grâce à une vision de partenariat et d’enrichissement mutuel, la Faculté peut contribuer à offrir à la population francophone du Nouveau-Brunswick une formation médicale et une prestation de soins de qualité centrés sur leurs besoins et ainsi en assurer la pérennité.»

«Pour renforcer et faire croître notre province, nous devons investir dans notre ressource la plus précieuse, c’est-à-dire les gens du Nouveau-Brunswick», a indiqué la ministre de l’Éducation et du Développement de la petite enfance, Marie-Claude Blais. «Notre gouvernement croit fermement que le Centre de formation médicale du Nouveau-Brunswick joue un rôle essentiel dans nos efforts visant à améliorer notre système de soins de santé. Nous croyons également qu’il est un élément important dans nos efforts visant à bâtir un Nouveau-Brunswick plus prospère.»

Cette entente est d’une durée illimitée, mais pourra cependant être revue dans cinq ans.