Exposition L'Art pour tous

Un Hurtubise dans votre bureau?

Jacques Hurtubise, Rassemblement, 1961, sérigraphie, 63 x 51 cm.
Jacques Hurtubise, Rassemblement, 1961, sérigraphie, 63 x 51 cm.

Vous aimeriez admirer un Vaillancourt, un Gaucher ou un Barbeau tous les jours, dans votre bureau? C’est possible! La communauté universitaire est invitée à choisir parmi les œuvres de l’exposition L’Art pour tous, présentée à la Galerie d’art du Centre culturel dès le 20 juin. Tableaux, sculptures, dessins et photographies, 200 œuvres provenant de la Collection de l’Université de Sherbrooke attendent de trouver preneur.

«Parmi les œuvres qui seront présentées, on trouve des pièces d'artistes réputés tels que Jacques Hurtubise, Armand Vaillancourt, Marcel Barbeau, Louise Robert, Graham Cantieni, Richard-Max Tremblay et bien d’autres. Notre patrimoine artistique est l’un des plus imposants en milieu universitaire au Québec», indique Suzanne Pressé, coordonnatrice des expositions et de l’animation de la Galerie d’art.

Une collection de 1800 oeuvres

La Collection de l'Université se développe à partir d'œuvres d'artistes contemporains – québécois pour la plupart – de réputation régionale, nationale ou internationale. Elle compte 1800 œuvres, acquises depuis 1964, sous forme de don offert par des collectionneurs et des d’artistes. De ce nombre, 900 sont actuellement accrochées dans les espaces de bureau, salles de réunion, salons et bibliothèques sur les trois campus de l’Université. Une véritable exposition d’art permanente.

Du coup, l’Université reconnait l’importance des arts et de la culture dans le développement de la communauté universitaire et accorde une place privilégiée aux rapports entre savoir, art et culture. «Voilà une belle façon de respecter la mission éducative de l’UdeS», ajoute Suzanne Pressé.

«Les espaces publics ne sont surtout pas des espaces vides. Ce sont des lieux de communication, des lieux d’échange, souligne Suzanne Pressé. Et chaque œuvre accrochée dans un couloir, un bureau, une bibliothèque est un moyen de communication des voix de l’expression artistique.»

Des tableaux cadres à cadres, du plafond jusqu’au sol

L’exposition L’Art pour tous a de quoi surprendre, explique Suzanne Pressé. «Les tableaux sont accrochés à la manière du 19e siècle», dit-elle. Les pratiques de mise en exposition se sont développées au cours des siècles. «On considère aujourd’hui que l’espacement entre les œuvres, le désencombrement des supports d’exposition et l’absence d’ornement permettent une visibilité optimale des œuvres, précise-t-elle. Nous circulons dans des espaces d’exposition efficaces, fonctionnels et neutres. Mais cela n’a pas toujours été ainsi.»

Édouard Joseph Dantan (1848-1897) a représenté la muséographie du 19e siècle dans son oeuvre Un coin du salon en 1880.
Édouard Joseph Dantan (1848-1897) a représenté la muséographie du 19e siècle dans son oeuvre Un coin du salon en 1880.

En effet, une caractéristique de la mise en exposition au 19e siècle est la disposition des œuvres, serrées les unes contre les autres, de la haute plinthe jusqu’au plafond, avec l’encombrement d’un tel arrangement. Cette muséographie a été documentée par des photographes et des peintres, dont Édouard Joseph Dantan.

La Galerie ouverte tout l’été

Accessible gratuitement, l’exposition L’Art pour tous tiendra l’affiche du 20 juin au 2 août 2014. L’horaire d’été de la Galerie d’art est du mercredi au samedi, de midi à 16 h. À noter que la Galerie demeure ouverte durant les travaux de rénovation du Centre culturel; l’entrée se fait par le pavillon Irénée-Pinard (B6).