Nouveau programme de subvention pour preuve de concept et de prototypage technologique

Accélérer la commercialisation des idées

Un nouveau programme de subvention unique à l'UdeS vient soutenir la réalisation d'une preuve de concept ou d'un prototype.
Un nouveau programme de subvention unique à l'UdeS vient soutenir la réalisation d'une preuve de concept ou d'un prototype.

Photo : Michel Caron

Au départ, il y a l’étincelle créatrice. Puis s’enchaînent les multiples étapes pour concrétiser une idée géniale en un produit commercialisé. Pour ce faire, un projet doit rapidement produire un prototype fonctionnel. Afin d’accélérer ce processus, l’Université de Sherbrooke met en place un programme de subvention soutenant la réalisation d’une preuve de concept ou d’un prototype pour une invention technologique découlant des travaux de ses professeures et professeurs.

Pour cette première année, l’Université de Sherbrooke offre un soutien financier à six projets pour un montant totalisant 48 865 $. «En apparence modestes, les sommes versées permettent de faciliter la réalisation d’une étape clé dans le processus de commercialisation, et les résultats escomptés auront un effet levier indéniable pour attirer l’attention des financiers, trouver des partenaires ou favoriser le démarrage d’une entreprise», explique le vice-recteur à la recherche, à l’innovation et à l’entrepreneuriat, Jacques Beauvais. Cette initiative est menée en collaboration avec la Société de commercialisation des produits de la recherche appliquée (SOCPRA) et l'Accélérateur de création d'entreprises technologiques.

Le financement de ce programme unique à l’Université de Sherbrooke est tiré du Fonds général de la recherche qui provient du Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie (CRSNG). Ce fonds permet de soutenir la recherche par des approches innovantes qui rejoignent, notamment, les objectifs du CRSNG par ses programmes de partenariat.

Réalisation de sous-jonctions semi-transparentes pour les cellules III-V dupliquées à haut rendement – Richard Arès, Faculté de génie, 10 000 $

«Les sommes versées permettent de faciliter la réalisation d'une étape clé dans le processus de commercialisation», indique le vice-recteur Jacques Beauvais.
«Les sommes versées permettent de faciliter la réalisation d'une étape clé dans le processus de commercialisation», indique le vice-recteur Jacques Beauvais.

Photo : Martin Blache

La filière de l’énergie solaire est en pleine expansion et doit se développer. Le projet du professeur Arès vise à augmenter les performances de cellules solaires à haut rendement par l’introduction d’une approche technologique qui réduit les pertes électriques et améliore les performances des cellules qui se trouvent dans une installation solaire. Cette approche offre la possibilité de réduire le coût de l'électricité générée, favorisant ainsi une avancée dans le domaine des énergies renouvelables.

Prototype d’un système actif d’égalisation des charges et de stockage d’énergie pour véhicules hybrides et électriques – Maxime Dubois, Faculté de génie, 9900 $

Le projet du professeur Dubois vise à résoudre les problèmes complexes de charge et de stockage d’énergie pour les batteries utilisées dans les véhicules hybrides et électriques. Le produit commercial visé par cette invention est une nouvelle batterie performante, légère, compacte et écologique qui présentera une durabilité cinq fois supérieure à la batterie traditionnelle.

Appareil à résonance des plasmons de surface extrêmement performant – Jan Dubowski, Faculté de génie, 6500 $

La bactérie responsable de la maladie du légionnaire présente dans l’eau peut actuellement être détectée à l’aide d’un appareil à résonance très précis. Le projet vise à produire un dispositif miniaturisé extrêmement performant et qui serait vendu au moins dix fois moins cher que les appareils actuellement disponibles sur le marché. Le prototype produit a le potentiel de fournir des niveaux de détection comparables à ceux de systèmes commerciaux plus chers et plus encombrants.

Segmentation de tumeurs cérébrales à l’aide d’images IRM – Pierre-Marc Jodoin, Faculté des sciences, 10 000 $

Aucun outil de segmentation de tumeurs cérébrales automatique n’est actuellement disponible sur le marché, et le traçage manuel des tumeurs cérébrales peut prendre de 30 à 45 minutes par patient. Le professeur Jodoin adaptera une méthode récente automatisée de segmentation de tumeurs avec un logiciel qui sera facilement utilisable par un médecin et qui sera équipé d’une interface avec vue axiale, sagittale, coronale et 3D des images IRM.

Un béton ultra léger – Richard Gagné, Faculté de génie, 9465 $

Produire un béton ultra léger qui offre une bonne capacité structurale et une excellente protection thermique lors d’un incendie demeure un défi. Le professeur Gagné travaille à la formulation de béton ultra léger pouvant résister à une température de 1000 oC durant 90 minutes. Utilisant des matériaux recyclés, la technique de fabrication de ce béton sera optimisée pour utiliser les mêmes équipements de production simples qui produisent des bétons conventionnels.

Système de reconnaissance d’objets dans les vidéos – Jean Rouat, Faculté de génie, 3000 $

Le projet du professeur Rouat vise à créer un système de reconnaissance d’objets dans les vidéos en utilisant des méthodes inspirées de la biologie. Le système utilise un réseau artificiel de neurones qui présente de nombreux avantages. Entre autres, il est très polyvalent et ne requiert aucun apprentissage. Par exemple, on lui présente une image d'un objet et il peut par la suite reconnaître cet objet (ou d'autres objets similaires) dans différentes conditions (taille, rotation, occlusion).

L’Université de Sherbrooke et l’entrepreneuriat

L’Université de Sherbrooke contribue de façon exceptionnelle au développement du Québec et des milieux où elle est implantée grâce à sa culture de partenariat. Elle se démarque notamment par des initiatives intersectorielles en matière d’innovation ouverte en partenariat avec les milieux industriels et sociaux, comme le Centre de collaboration MiQro Innovation, l’Institut interdisciplinaire d’innovation technologique ou le Centre de technologies avancées BRP-Université de Sherbrooke.

En matière de relève entrepreneuriale, l’Université participe également d’une manière originale à une extraordinaire mobilisation collective avec l’Accélérateur de création d’entreprises technologiques et le Programme d’apprentissage expérientiel par l’intervention communautaire, axé notamment sur l’entrepreneuriat social.