Optimisation des processus de gestion

Améliorer l’efficience et simplifier la vie des usagers des stationnements

Un véhicule hybride pouvant fonctionner en mode entièrement électrique est utilisé lors des vérifications de stationnement par détection des plaques.
Un véhicule hybride pouvant fonctionner en mode entièrement électrique est utilisé lors des vérifications de stationnement par détection des plaques.
Photo : Michel Caron

Depuis l’automne, les automobilistes qui utilisent les parcs de stationnement de l’Université n’ont plus à se soucier d’afficher leur vignette ou leur permis journalier. Le contrôle du paiement des droits de stationnement se fait en détectant les numéros de plaque d’immatriculation. Ces initiatives s’inscrivent dans un projet d’amélioration des processus de l’ensemble des unités administratives de l’UdeS. Les nouveaux équipements rendent service aux usagers, contribuent encore davantage au développement durable, améliorent le travail sur le terrain et montrent la voie à d’autres organisations.

«Instaurer de meilleurs processus pour optimiser notre fonctionnement est une priorité de notre plan stratégique Réussir 2010-2015. En termes d'efficacité, le travail de patrouille de nos parcs de stationnement est désormais plus rapide. Également, nous n’avons plus à imprimer et à distribuer quelque 10 000 vignettes par année, ce qui engendre des économies importantes», explique la vice-rectrice à l’administration, Joanne Roch.

Avantages pour les usagers

Selon Jean-Yves Lavoie, officier responsable de la Section stationnement et transport durable, les avantages pour la clientèle sont nombreux : les gens qui ont deux véhicules et qui devaient accrocher leur vignette au rétroviseur ne risquent plus de l’oublier. Les risques de vol ou de fraude sont aussi éliminés. «Les personnes qui utilisent les bornes d’horodateur n’ont plus besoin de retourner à leur véhicule une fois qu’elle ont payé, dit-il. Ces outils sont mieux adaptés à notre clientèle, qu’il s’agisse d’étudiants, d’employés, mais aussi d’utilisateurs du Centre sportif et du Centre culturel ou de gens qui assistent à tout autre évènement impliquant les stationnements. Plusieurs nous envient déjà!»

De plus, pour y parvenir, l’UdeS a adapté son système de vente de permis, intégré un nouveau système de validation et mis à jour la technologie des horodateurs qui datait de plus de huit ans. Les nouveaux horodateurs, à la fine pointe de la technologie, permettent le paiement par plaque d’immatriculation. «Nous sommes parmi les premières organisations au Québec à faire du paiement par plaque, et parmi les premières au Canada à avoir une technologie de détection de plaque d’immatriculation adaptée à des outils mobiles comme des tablettes ou des ordinateurs de poche, dit Jean-Yves Lavoie. Plusieurs intervenants ont travaillé fort pour élaborer une solution qui posait un défi technologique de communication entre plusieurs systèmes de différents fournisseurs.» L’ensemble de ces nouvelles mesures s'autofinanceront en trois ans.

En vue de contribuer encore davantage au développement durable, un nouveau véhicule hybride pouvant fonctionner en mode entièrement électrique sera utilisé lors des vérifications de stationnement par détection des plaques.

Et cette phase d’innovation n’est pas terminée, puisque l’UdeS pourrait développer les bases d’un outil qui permettrait par exemple d’acquitter les droits de stationnement en ligne ou à l’aide d’un téléphone intelligent, pour les usagers réguliers et occasionnels. À terme, l’outil simplifierait aussi les réservations de parcs de stationnement pour les organisateurs d’événements particuliers qui souhaitent offrir des places de stationnement à leurs invités. Ces derniers pourraient, par exemple, recevoir des codes promotionnels lors de l’inscription en ligne, afin d'obtenir un rabais ou une place de stationnement réservée.