Bouger dehors ou dedans?

Est-ce que s'entraîner à l'extérieur pourrait inciter les femmes ménopausées à garder un mode de vie actif? Voilà la question que Marianne Lacharité-Lemieux s'est posée dans le cadre de sa maîtrise en sciences de l'activité physique.

Pour y répondre, l'étudiante a mené une étude auprès de 24 femmes ménopausées, qui ont suivi un programme d'entraînement de 12 semaines. Les participantes étaient divisées en deux groupes : celles qui s'entraînaient à l'intérieur et celles qui s'entraînaient à l'extérieur. La jeune chercheuse a ainsi pu comparer l'appréciation et l'effet sur la santé de chaque environnement.

Si l'entraînement à l'extérieur est plus motivant, l'entraînement à l'intérieur apporte des bienfaits importants sur la santé. Pourquoi ne pas combiner les environnements et bénéficier du meilleur des deux mondes?