Numéro spécial de la Revue d’études des Cantons-de-l’Est

Liberté de religion, égalité femmes-hommes et laïcité de l’État : des professeurs de l’UdeS et de Bishop’s contribuent au débat

Le principal de l’Université Bishop’s, Michael Goldbloom, et la rectrice de l’UdeS, Luce Samoisette, entourent certains contributeurs du numéro spécial de la Revue d’études des Cantons-de-l’Est.
Le principal de l’Université Bishop’s, Michael Goldbloom, et la rectrice de l’UdeS, Luce Samoisette, entourent certains contributeurs du numéro spécial de la Revue d’études des Cantons-de-l’Est.
Photo : fournie

Au cours des derniers mois, les valeurs de laïcité et de neutralité religieuse de l’État ainsi que d’égalité entre les femmes et les hommes et encadrant les demandes d’accommodement a fait l’objet de vifs débats. Pour contribuer à la réflexion sur les enjeux fondamentaux liés à ces questions, des chercheurs provenant principalement de l’Université de Sherbrooke et de l’Université Bishop’s contribuent à un numéro de la Revue d’études des Cantons-de-l’Est, à l’invitation des dirigeants des deux institutions, la rectrice Luce Samoisette et le principal Michael Goldbloom. «Nous avons jugé utile de publier un numéro de la Revue d’études des Cantons-de-l’Est sur ce sujet puisque les universités constituent un terreau fertile où les échanges concernant des questions de cette nature sont enrichissants», indiquent-ils en introduction de la revue.

Une mosaïque

Les textes proposés sont complémentaires et permettent de comprendre beaucoup d’enjeux soulevés par le projet de charte qui a occupé l’espace public récemment. La revue offre «une mosaïque où chaque élément présente un point de vue autonome mais dont l’ensemble constitue une œuvre permettant au lecteur de cheminer dans sa propre réflexion. Les articles publiés ici […] ne sont pas une fin, mais plutôt une contribution à un débat qui est loin d’être terminé», soulignent Luce Samoisette et Michael Goldbloom.

Luce Samoisette et Michael Goldbloom au lancement du numéro spécial, dans le cadre de la Semaine de la recherche à l’Université Bishop’s.
Luce Samoisette et Michael Goldbloom au lancement du numéro spécial, dans le cadre de la Semaine de la recherche à l’Université Bishop’s.
Photo : fournie

Patrick Snyder, professeur à la Faculté de théologie et d’études religieuses de l’UdeS, présente un portrait de l’évolution dans le temps des femmes qui se sont inscrites à des cours portant sur la thématique femmes et religions offerts par cette faculté. Il met en lumière la diversité des origines des femmes inscrites dont près du tiers sont de l’extérieur du Canada. Cela crée un groupe représentatif d’une certaine vision pluraliste du Québec, avec des opinions, réfléchies et nuancées, fournissant un point de vue précieux dans un contexte où des raccourcis dangereux mettent en péril l’équilibre entre la tolérance et la coercition, entre le respect et le laisser-faire.

L’article de Michèle Vatz-Laaroussi, professeure à l’École de travail social de la Faculté des lettres et sciences humaines de l’UdeS, et Noual Laaroussi, de l’Université du Québec à Montréal, s’intitule Quand les femmes musulmanes interpellent le féminisme québécois – Débats. Les auteures constatent que le projet de loi 60 sur la laïcité place les femmes musulmanes au cœur d’une controverse historique dont elles sont devenues, bien malgré elles, l’image quasi unique. Dans ce contexte, demandent-elles, comment ces femmes peuvent-elles trouver leur place dans les courants féministes québécois?

Revue d’études des Cantons-de-l’Est, «La liberté de religion, l’égalité entre les femmes et les hommes et la laïcité de l’État», no 42, printemps 2014.
Revue d’études des Cantons-de-l’Est, «La liberté de religion, l’égalité entre les femmes et les hommes et la laïcité de l’État», no 42, printemps 2014.

L’État laïque existe-t-il ou n’est-il que dans les apparences? Le professeur Dale Stout, du Département de psychologie de l’Université Bishop’s, explore le débat sur la charte à partir de la notion de l’invisibilité. Une société où les signes religieux sont absents est-elle pour autant plus laïque? Son article peut aider à répondre à des questions fondamentales : Que voulons-nous au terme de ce débat? La laïcité est-elle vraiment l’enjeu? Ou serait-ce la paix qui devrait constituer le véritable objectif au sein d’une société?

Enfin, les professeurs de l’UdeS Pierre Noël et Sébastien Lebel-Grenier abordent la question de la charte du point de vue de la gestion et des conséquences de son application, particulièrement en milieu universitaire. Y aurait-t-il des impacts sur l’autonomie des universités et l’exercice de la mission universitaire? Dans les faits, tenant compte de la diversité de la communauté universitaire, comment appliquer efficacement et équitablement de telles directives? Mais, de façon encore plus pragmatique, ils anticipent les conséquences de l’adoption de la charte sur la capacité des universités d’attirer des étudiantes et étudiants d’ailleurs afin de créer la diversité qui, pour certains, représente un atout pour un milieu universitaire, voire une de ses caractéristiques essentielles.

Les personnes qui souhaitent se procurer ce numéro ou s’abonner à la Revue d’études des Cantons-de l’Est peuvent s’adresser au Centre de ressources pour l’étude des Cantons-de-l’Est, par téléphone au 819 822-9600, poste 2647 ou par courriel à etrc@ubishops.ca.