Nouvelles UdeS

Francis Cabrel – Seul sur scène à Sherbrooke

Francis Cabrel sera au Centre culturel le 17 mars.
Francis Cabrel sera au Centre culturel le 17 mars.
Photo : fournie

Si on vous dit : «L’encre de tes yeux», «Petite Marie» ou «Je l’aime à mourir», vous répondez… Francis Cabrel. Juste avant de se produire à Los Angeles les 22 et 23 mars, le géant de la chanson française fera un arrêt au Centre culturel de l’Université de Sherbrooke le 17 mars pour offrir un spectacle que les admirateurs de l’artiste s’en voudraient d’avoir manqué. Avec pour seules armes ses précieuses guitares (il possède une cinquantaine de guitares de collection sans compter ses guitares de scène qu'il fait fabriquer par des luthiers), l’auteur-compositeur-interprète présentera Seul sur scène, un spectacle à la facture intimiste promettant d’abolir les barrières entre lui et son public, qu’il aime avoir tout près.

C’est que le monstre sacré de la chanson française, bien connu autant pour sa générosité que pour son authenticité, aime les choses simples. À preuve, le chanteur, que la célébrité a frappé de plein fouet en 1979 lors de la sortie de son deuxième album, Les chemins de traverse, et son titre phare Je l'aime à mourir, continue de vivre tranquillement auprès des siens, loin des feux roulants du monde du spectacle, dans un village du nom d’Astaffort, patelin dont il fut également le conseiller municipal durant plus de 15 ans. On lui attribue d’ailleurs l’établissement des Rencontres d’Astaffort, un laboratoire de création musicale qui s’y tient tous les six mois depuis 1994, et qui s’adresse aux jeunes auteurs-compositeurs-interprètes.

Fort d’une discographie impressionnante, Cabrel offrira des compositions de son répertoire, qui comprend aussi bien ses magnifiques œuvres originales que les adaptations françaises de ses titres préférés de Bob Dylan issues de son dernier album en hommage à l’artiste dont il est un fidèle admirateur. Dans son album Vise le ciel sorti en 2012, figurent des chansons du maître américain adaptées dans la langue de Molière, de «Quinn the Eskimo» à «Blind Willie McTell». On espère qu’il les partagera avec son public du Centre culturel.

Pour plus de renseignements, consultez le site Internet du Centre culturel.