Concours Étudiants-chercheurs étoiles

Nicholas Giguère, lauréat du mois de février

La thèse de Nicholas Giguère porte sur l’évolution de l’imprimé gai au Québec (1971-2010) et de ses fonctions comme vecteur de reconnaissance et de légitimité d’une communauté.
La thèse de Nicholas Giguère porte sur l’évolution de l’imprimé gai au Québec (1971-2010) et de ses fonctions comme vecteur de reconnaissance et de légitimité d’une communauté.

Bonne nouvelle pour Nicholas Giguère, doctorant en études françaises et assistant de recherche au Groupe de recherches et d’études sur le livre au Québec (GRÉLQ). Ce dernier est en effet lauréat du mois de février du concours Étudiants-chercheurs étoiles du Fonds de recherche Société et culture du Québec.

L’étudiant, dont la thèse porte sur l’évolution de l’imprimé gai au Québec (1971-2010) et de ses fonctions comme vecteur de reconnaissance et de légitimité d’une communauté, a récemment publié «Le paratexte comme lieu de sociabilité : la collection "Les Poètes du Jour" (1963-1975) des Éditions du Jour»
 dans le journal Québec Studies. Une publication qui n’est pas passée inaperçue.

«La contribution de Nicholas Giguère met en lumière l’apport de cette collection, qui avait jusqu’alors été occultée par l’histoire littéraire, à la vitalité de la poésie québécoise. Il s’agit d’un modèle d’analyse qui permet de resituer les auteurs et leurs œuvres parmi leurs contemporains et de réévaluer l’état du champ littéraire à cette époque. L’approche proposée par l’auteur, qui s’inspire de l’analyse des réseaux et du paratexte ainsi que de l’histoire du livre et de l’édition, permet d’envisager la collection au-delà d’un simple ensemble de titres réunis sous un même label, mais plutôt comme un lieu régi par sa propre dynamique d’échanges. Un tel cadre d’analyse pourrait éventuellement contribuer à renouveler l’histoire littéraire québécoise», souligne le Fonds de recherche du Québec.

En plus de faire la promotion des carrières en recherche, ce concours vise à reconnaître l'excellence de la recherche réalisée par les étudiants de niveau collégial et universitaire, les stagiaires postdoctoraux et les membres d'un ordre professionnel en formation de recherche avancée, et ce, dans toutes les disciplines couvertes par les trois Fonds de recherche du Québec.

Une fois par mois, chaque Fonds (Nature et technologies | Santé | Société et culture) remet un prix de 1000 $ à un étudiant-chercheur.