Un nouvel atelier collectif démarré par des étudiants de l’UdeS

La Fabrique : tout a commencé dans un garage

Julien Lamarche et David Lalanne, deux des membres fondateurs de La Fabrique, le nouvel atelier collectif à Sherbrooke
Julien Lamarche et David Lalanne, deux des membres fondateurs de La Fabrique, le nouvel atelier collectif à Sherbrooke

Photo : Claude Croisetière

Dans un petit garage de Sherbrooke, une idée qui fera le bonheur des menuisiers, artisans et «patenteux» prend tranquillement vie : un atelier collectif, dans lequel tous pourront retrouver les outils et le matériel nécessaires pour leurs projets. C’est l’objectif que s’est fixé le groupe d’étudiants en génie qui fondera La Fabrique, le nouvel atelier collectif en Estrie.

Inspirée du concept maker space qu’on retrouve surtout en Europe et aux États-Unis, la coopérative en développement permettra à chacun de ses membres de réaliser ses travaux et de partager son matériel, ses outils et ses connaissances dans un même lieu. Le projet a été développé en collaboration avec le Programme d’apprentissage expérientiel par l’intervention communautaire de l’Université de Sherbrooke.

C’est au printemps dernier que ces passionnés ont entamé des démarches pour fonder la coopérative. «Nous en sommes à l’étape de trouver un local assez grand pour y installer notre équipement et aménager nos espaces de travail. Il nous faut aussi obtenir du financement et dénicher des outils pour en offrir une variété intéressante à nos membres», explique David Lalanne, étudiant en génie mécanique.

Se faire la main

Le projet d’envergure est déjà actif. Pour l’instant, c’est dans le garage du groupe fondateur que l’équipe s’est installée. Ce qui est désigné comme la «petite» Fabrique offre déjà à quelques mordus un avant-goût de ce que la coop leur permettra à son ouverture officielle. Elle sert également de laboratoire pour ses membres organisateurs.

«On commence petit, mais ça nous permet déjà de voir ce qu’est la gestion d’un atelier collectif, dit David Lalanne. Les problèmes que nous devons surmonter à petite échelle risquent d’être les mêmes après la fondation officielle de la coop. Le manque d’espace de rangement, plusieurs personnes voulant utiliser les mêmes outils, le souci de sécurité, ce sont là des situations auxquelles nous devons nous adapter. En apprenant déjà comment les régler, nous saurons quoi faire pour les éviter à l’avenir.»

Un atelier collectif dynamique et accessible

La Fabrique souhaite offrir à la population estrienne l’occasion de se familiariser avec le travail manuel, en plus de favoriser l’échange et la transmission de connaissances entre les usagers. Deux fois par mois, des membres ou des invités donnent des formations sur la fabrication, la conception ou la réparation de divers objets. David Lalanne raconte : «Jusqu’ici, nous avons tenu des formations sur la fabrication de savon artisanal, sur l’imprimerie 3D et sur l’utilisation d’une tour à bois. Nous offrirons prochainement un atelier pour préparer son vélo à l’hiver et un autre sur la fabrication d’une planche à découper.»

Tous les vendredis soir, les curieux peuvent se rendre au garage pour rencontrer les membres de La Fabrique lors de ses portes ouvertes. Membres comme non-membres peuvent y discuter et profiter des installations.

Faire de tout avec tout

L’équipe recycle de vieux objets et du vieux matériel pour leur donner une seconde vie. Dans le cadre des activités de la Semaine de la mobilité durable de Sherbrooke tenue du 20 au 26 septembre, les étudiants en ont fait la preuve en fabriquant un banc «de quêteux» et un support à vélo avec du bois de palette recyclé. «Nous avons aussi conçu un petit système de chauffage d’eau à l’aide de cannettes vides peintes en noir», note le futur ingénieur.

De solides fondations

Julien Lamarche et David Lalanne à la conférence de presse du lancement du volet francophone du concours Le défi Change ton monde, présenté par Ashoka Canada en partenariat avec l'UdeS.
Julien Lamarche et David Lalanne à la conférence de presse du lancement du volet francophone du concours Le défi Change ton monde, présenté par Ashoka Canada en partenariat avec l'UdeS.

Photo : Claude Croisetière

La planification du fonctionnement de la coop est déjà en marche : «Nous avons formé trois sous-comités qui s’occupent activement de La Fabrique et de sa croissance. L’un d’eux gère l’espace, les outils et la sécurité, l’autre planifie les formations et veille au rayonnement de la coop, tandis que le dernier prend en charge les démarches de financement et les analyses de marché», relate David Lalanne.

Les membres de La Fabrique sont présentement en campagne de financement. Leur objectif de récolter 5000 $ d’ici le premier janvier 2014 leur permettra d’élaborer des plans d’aménagement avec un architecte, d’acquérir de l’équipement et d’enregistrer officiellement la coopérative.

Récemment, plusieurs organismes de Sherbrooke ont donné leur appui au groupe d’étudiants, lors d’une rencontre organisée par ceux-ci. L’Université de Sherbrooke et Ashoka Canada, une organisation internationalement reconnue pour son leadership en entrepreneuriat social, leur ont également donné leur soutien. Cette dernière organisation égalisera d’ailleurs la somme amassée par le regroupement, jusqu’à concurrence de 2500 $.

On peut faire un don à La Fabrique par l’entremise de sa campagne de financement en ligne, dont le lien se trouve au bas de cette page. Les membres organisateurs travailleront à mettre sur pied la coopérative durant l’année 2014. L’ouverture officielle est projetée pour le début 2015.