Fluide, de la compagnie Le Fils d’Adrien danse

La chimie de la danse vue par Harold Rhéaume

Le 11 novembre, le chorégraphe Harold Rhéaume revient en force avec Fluide.

Le 11 novembre, le chorégraphe Harold Rhéaume revient en force avec Fluide.


Photo : fournie

Pendant trois ans, l’émouvante pièce Nu a conquis le cœur et l’imaginaire de milliers de spectateurs, partout au Québec. Reconnu pour sa démarche sensible et ses créations humanistes, le chorégraphe Harold Rhéaume revient en force avec Fluide, un projet ambitieux, mature, abouti, qu’il présentera au Centre culturel le 11 novembre.

Diplômé de l’École de danse de Québec en 1989, c’est à grands coups d’interprétations renversantes et de chorégraphies porteuses de sens qu’Harold Rhéaume gagne la reconnaissance de ses pairs et la notoriété publique. En 1999, il fonde sa compagnie, Le Fils d’Adrien danse. Depuis sa fondation, la compagnie, pilier de la danse de Québec, touche tant par son répertoire adulte et jeunesse que grâce à des initiatives qui rejoignent de larges auditoires.

Avec Fluide, Rhéaume offre une illustration sentie de la place de l’individu dans le groupe et de la dynamique attraction-fusion-répulsion qui fonde les relations mais aussi les sociétés.

Sur la scène très horizontale et très blanche conçue par Bernard White, les corps des sept danseurs et danseuses, habillés de noir par Philippe Dubuc, s'élancent dans une série ininterrompue d'étreintes franches et ardentes. Nouant et dénouant des liens au fil de trajectoires éclatées, la gestuelle exprime toute la complexité des rencontres humaines, entre spontanéité et performance de soi, face à la force d’attraction et à l’adversité de la communauté.

Sensible jusqu’au bout des ongles, Rhéaume est de ces rares chorégraphes qui savent mettre en mouvements la douceur et l’espoir : «Les danseurs bougent dans un chaos organisé, dit-il. Il y a des tiraillements, oui. Mais ils sont toujours en harmonie. Ça demande une écoute de tous les instants parce que chacun dépend de l’autre pour créer un mouvement constant, une fluidité.»

Une pièce picturale, rythmée. Organiquement magnétique et esthétiquement captivante.