12 hommes en colère ou la justice rendue par l’homme

C’est à l’occasion de la 200e représentation de 12 hommes en colère que l’équipe de la version québécoise de la pièce, bien menée par Jacques Rossi, s’est vu décerner le Coffre d’or, une nouvelle récompense dans le milieu théâtral soulignant le travail des artistes et des artisans engagés dans une production ayant connu du succès. Depuis sa première en l'an 2000, plus de 120 000 spectateurs ont assisté aux différentes représentations de la pièce, traduite dans la langue de Molière par Claude Maher.

Le 2 octobre, le Centre culturel de l’Université de Sherbrooke présentera ce suspense percutant, véritable plongée dans les coulisses de la justice rendue par l'homme. Un texte d’une grande humanité signé par le dramaturge américain Reginald Rose, dont l’adaptation au cinéma lui a valu une nomination pour le meilleur scénario adapté à la 30e cérémonie des Oscars.

C’est à la suite de son expérience comme juré que l’auteur de 12 hommes en colère saisit l’ampleur de la responsabilité qui incombe au juré dans le processus juridique d’un pays démocratique. L’expérience vécue éveille Rose à la subtilité des rapports humains, à l’exercice de l’argumentation et du débat, à la confrontation des préjugés. C’est ainsi que naît cette pièce devenue un classique et racontant le huis clos entre les jurés du procès d’un adolescent accusé d’avoir poignardé son père. Un verdict de culpabilité entraînera la peine de mort. Toutes les preuves accusent le suspect. Pourtant, lors du vote qui doit décider du verdict final, un juré ne lève pas la main pour le désigner coupable. Sa raison : il n’est pas sûr. Et le débat s’enclenche. Aucun des 12 hommes ne pourra quitter la pièce avant qu’ils en soient arrivés à un vote unanime.

Avec Sylvio Archambault, Jacques Baril, Yves Bélanger, Vincent Bilodeau, Jean-François Boudreau, Olivier Courtois, Edgar Fruitier, Jean-Bernard Hébert, Dany Michaud, Jean-Marie Moncelet, Stéfan Perreault, Marcel Pomerlo et la voix d'Albert Millaire.