Un nouveau partenariat pour soutenir la recherche sur le vieillissement en Estrie

Michel Tousignant, directeur scientifique du Centre de recherche sur le vieillissement du CSSS-IUGS, et Michael Goldbloom, principal et vice-chancelier de l'Université Bishop’s.
Michel Tousignant, directeur scientifique du Centre de recherche sur le vieillissement du CSSS-IUGS, et Michael Goldbloom, principal et vice-chancelier de l'Université Bishop’s.


Photo : fournie

L’Université Bishop’s et le Centre de recherche sur le vieillissement (CDRV) du Centre de santé et de services sociaux – Institut universitaire de gériatrie de Sherbrooke signent une entente de partenariat et de collaboration pour stimuler les échanges scientifiques entre leurs chercheurs. L’entente s’enchâsse dans une entente-cadre plus large qui unit déjà l’Université de Sherbrooke (dont le CDRV est un Institut de recherche) et l’Université Bishop’s.

Les liens établis entre le Service de la recherche de l’Université Bishop’s et la direction scientifique du Centre de recherche sur le vieillissement favoriseront le développement de maillages entre les chercheurs des deux établissements. En mars dernier, une trentaine de professeurs et de chercheurs des deux institutions ont participé à une session de speed-dating visant le réseautage en recherche.

Plusieurs collaborations dans divers domaines scientifiques ont émergé à la suite de cette activité. En domotique, les professeurs Reid, de l'Université Bishop’s, et Abdulrazak, du Centre de recherche sur le vieillissement, ont conçu un projet pour la mise au point d’applications sur les téléphones intelligents qui favorisent l’autonomie et la participation sociale des personnes âgées dans leur collectivité. De leur côté, les professeures Fuschia Sirois, de l'Université Bishop’s, et Gina Bravo, du CDRV, collaborent au sein d’un projet visant à aider les personnes âgées avec un déficit cognitif léger à communiquer leurs volontés relatives aux soins et à la recherche à leurs proches. D’autres collaborations sont à venir.

De plus, l’entente facilitera l’accès et le partage d’infrastructures de recherche à la fine pointe de la technologie. «Par exemple, nous pourrons partager avec nos collègues du Centre de recherche sur le vieillissement les équipements de notre tout nouveau laboratoire de calibre international», dit la professeure Fuschia Sirois, titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur la santé et le bien-être. «Nous disposons de salles d’entrevue et de salles de données pour mener des recherches qualitatives et des tests psychologiques, avec des équipements d’enregistrement audio et vidéo des plus performants qui permettent d’augmenter la qualité des données collectées.» De son côté, le Centre de recherche sur le vieillissement dispose aussi de plusieurs laboratoires qui pourront servir à des projets de recherche conjoints.

Par ailleurs, cette entente permettra aux étudiants de 1er cycle de l’Université Bishop’s d’accéder plus facilement aux stages et aux formations universitaires de 2e et 3e cycles (maîtrises et doctorats) offerts par l’Université de Sherbrooke au Centre de recherche sur le vieillissement. Dans certains cas, ces étudiants pourront notamment bénéficier d’une supervision conjointe de leur formation par un professeur de l’Université Bishop’s et un chercheur du Centre.

«Des investissements significatifs ont été réalisés à l’Université Bishop’s depuis plusieurs années, dit Michael Goldbloom, principal de l’Université Bishop’s. Nous demeurons engagés à toujours offrir aux professeurs et aux étudiants des possibilités concrètes et intéressantes, comme en témoignent l’organisation d’unités de recherche, la rénovation ou l’ouverture de nouveaux laboratoires ainsi que la création de trois chaires de recherche. La collaboration avec un centre de recherche de renommée internationale ouvrira assurément des portes pour nos chercheurs et assurera une collaboration régionale permettant à tous de devenir plus compétitifs.»

«Cette nouvelle collaboration entre nos institutions va faciliter le maintien de professionnels hautement qualifiés dans notre région, dit le professeur Michel Tousignant, directeur scientifique du Centre de recherche sur le vieillissement. Elle va aussi accroître les capacités de recherche en vieillissement en Estrie, dont l’expertise est déjà largement reconnue en ce domaine.»