Concours La preuve par l'image de l'Acfas 2013

Trois représentants de la Faculté des sciences parmi les finalistes

Attaque tumorale du câblage cérébral, par Maxime Chamberland
Attaque tumorale du câblage cérébral, par Maxime Chamberland

La Faculté des sciences de l'UdeS compte trois finalistes cette année au concours La preuve par l'image de l'Association francophone pour le savoir (Acfas). Il s'agit de Maxime Chamberland, doctorant en imagerie biomédicale, de Gilles Grondin, agent de recherche au Département de biologie, et d'Étienne Levert, doctorant en chimie.

Attaque tumorale du câblage cérébral

Maxime Chamberland a imagé les fibres nerveuses de matière blanche qui se réorganisent autour d’une tumeur maligne pour assurer la connexion entre les différentes aires fonctionnelles du cerveau.

«Ce foisonnement de fibres qui entoure la tumeur posera toutefois un défi de taille au neurochirurgien, dit l'étudiant du Département d'informatique. Pas facile pour lui de retirer la tumeur sans trop affecter les fonctions neurologiques. C’est pourquoi l'imagerie par résonance magnétique de diffusion lui sera si précieuse en lui permettant de visualiser le câblage cérébral.»

Un vaisseau spécial, par Gilles Grondin. Largeur de la sphère : 500 milliardièmes de mètre.
Un vaisseau spécial, par Gilles Grondin. Largeur de la sphère : 500 milliardièmes de mètre.

Un vaisseau spécial

Gilles Grondin présente une petite sphère de chitosane (orange) qui ne mesure que 500 milliardièmes de mètre.

«De fabrication humaine, elle sert d’enveloppe de protection aux spores de la bactérie S. scabies (vert) placées à l’intérieur, précise-t-il. À la moindre trace d’humidité, les spores se réactivent. Se forment alors des microcolonies de bactéries qui se nourrissent d’abord de leur véhicule de transport, avant de prendre leur essor. Ce microorganisme est très utile, car, en symbiose avec les racines des plantes, il favorise leur croissance. Un engrais d’avenir!»

Solide ou liquide

Solide ou liquide, par Étienne Levert. Largeur de l’image : 150 micromètres.
Solide ou liquide, par Étienne Levert. Largeur de l’image : 150 micromètres.

Étienne Levert met en valeur les cristaux liquides qui ont, comme leur nom l’indique, des propriétés un peu contradictoires.

«Ce sont des molécules qui possèdent à la fois la fluidité du liquide et l’organisation du cristal, explique l'étudiant du Département de chimie. Elles peuvent donc s’assembler tout en conservant leur mobilité. Il est possible aussi de les contrôler afin d’interférer sur le passage de la lumière, d’où leur utilisation dans les écrans ACL. Or, il existe un très grand nombre de ces molécules aux personnalités multiples. Pour mieux les caractériser, on étudie leurs patrons d’interférence en microscopie.»

Exposition et vote du public

Jusqu'au 2 juin, les 20 images finalistes sont exposées à la Bibliothèque Gabrielle-Roy, à Québec. Et, jusqu'au 23 août, le public peut voter en ligne pour sa photo coup de cœur (en cliquant sur le lien ci-dessous).

Concours

Le concours La preuve par l’image est exclusivement consacré aux images issues de recherches scientifiques, réalisées dans tous les domaines de la connaissance. En plus de mettre en valeur les images issues de la recherche d’ici, elle vise à stimuler l’intérêt et la curiosité pour la connaissance scientifique auprès de tous les publics en mettant de l’avant ce formidable moyen d’apprentissage et de communication qu’est l’image.