Renouvellement de la Chaire en santé respiratoire de l’Association pulmonaire du Québec

Cibler les stratégies thérapeutiques pour traiter et guérir les maladies respiratoires

Le Pr Pierre Larivée travaille à cibler les meilleures stratégies thérapeutiques possibles, voire à permettre une rémission de l’asthme et d’autres graves maladies respiratoires.
Le Pr Pierre Larivée travaille à cibler les meilleures stratégies thérapeutiques possibles, voire à permettre une rémission de l’asthme et d’autres graves maladies respiratoires.

Photo : Robert Dumont

L’asthme est la maladie respiratoire chronique la plus répandue au Canada. Chaque semaine, neuf personnes meurent d'une crise d'asthme à travers le pays. Au Québec, on estime à plus de 700 000 le nombre de personnes souffrant d'asthme, dont 300 000 enfants. De ce nombre, 60 % contrôlent mal leur maladie, ce qui entraîne des symptômes quotidiens, des consultations en salle d'urgence et de l'absentéisme au travail. L'impact économique lié à cette problématique se chiffre à environ 600 M$ par année au Canada.


Titulaire de la Chaire en santé respiratoire de l’Association pulmonaire du Québec depuis sa création, le professeur Pierre Larivée travaille avec son équipe à cibler les meilleures stratégies thérapeutiques possibles, voire à permettre une rémission de l’asthme et d’autres graves maladies respiratoires.

Le Pr Pierre Larivée
Le Pr Pierre Larivée

Photo : Robert Dumont


L’Association pulmonaire du Québec (APQ) a confirmé son appui à la nomination du professeur Larivée pour le renouvellement de la Chaire et considère que les objectifs du premier mandat ont non seulement été atteints mais dépassés. En effet, en plus de ses résultats scientifiques, la Chaire de recherche en santé respiratoire a eu un effet de levier à la Faculté de médecine et des sciences de la santé, notamment en soutenant le recrutement d’un nouveau professeur, Martin Richter, et en stimulant la recherche sur d’autres maladies respiratoires qui affligent la santé pulmonaire de la population québécoise.


« L’asthme est une maladie complexe qui résulte de la coexistence de facteurs génétiques et environnementaux. Au cours du premier mandat de la Chaire, les travaux réalisés ont permis d’identifier le rôle important joué par l’alimentation, en particulier l’apport en zinc, dans la réponse asthmatique. Le renouvellement de la Chaire permettra d’élucider comment le zinc module l’apparition ou le degré de gravité de l’asthme », précise le professeur Larivée, pneumologue au CHUS.

Un second mandat centré sur les stratégies de traitement de la maladie

Pour son second mandat, la Chaire a comme objectifs d’accroître les connaissances sur les facteurs immuno-inflammatoires liés à l’asthme et d’élargir son champ de recherche vers d’autres maladies respiratoires telles que les infections grippales annuelles et l’emphysème, notamment causé par le tabagisme. L’équipe entreprendra des études cliniques afin d’appliquer de nouvelles stratégies de traitement chez l’humain en vue de mener à la rémission.

L’équipe de chercheurs en immunologie et en pharmacologie étudie l’apparition de la maladie, c'est-à-dire les changements des bronches face à divers irritants présents dans l'environnement. Ils continueront de se pencher sur l'influence du zinc dans la modification de l’inflammation asthmatique et du remodelage des bronches chez les patients enfants et adultes.

« Le renouvellement de la Chaire de l’Association pulmonaire du Québec est une excellente nouvelle pour les patients et pour la recherche sur la maladie, dit le professeur Jacques Beauvais, vice-recteur à la recherche de l’Université de Sherbrooke. Le succès du premier mandat permet à notre Faculté de médecine et des sciences de la santé de poursuivre le travail de très haut niveau entrepris en 2007, tout en étant porteur de grands espoirs pour les gens qui souffrent d’asthme ou d’autres maladies respiratoires. »

Un partenariat essentiel en pneumologie

Depuis 2003, l'Association pulmonaire du Québec fait partie intégrante de ce partenariat novateur. « Notre organisme a pour mission d’améliorer la vie des personnes atteintes de maladies respiratoires comme l’asthme. Grâce aux travaux porteurs d’espoir de notre Chaire en santé respiratoire et du Dr Larivée, nous développons les connaissances et en arrivons à une amélioration concrète », souligne Dominique Massie, directrice générale de l’APQ.

Financé à hauteur de 945 000 $ sur 5 ans grâce à un soutien du Fonds Chaire de santé de l’Association pulmonaire du Québec et de la Faculté de médecine et des sciences de la santé de l'UdeS, ce programme unique regroupe depuis ses débuts un volet de recherche biomédicale et un volet d'application clinique. La Chaire a débuté ses activités en juillet 2007 et son second mandat la prolongera jusqu’en 2017.