Soutenir son mémoire ou sa thèse en 180 secondes

Philippe Beauchamp, à droite, représentera l'UdeS à la grande finale québécoise lors du 81e Congrès de l'ACFAS, en mai à Québec. Il reçoit ici les félicitations du directeur général du SARIC, Pierre-Richard Gaudreault.
Philippe Beauchamp, à droite, représentera l'UdeS à la grande finale québécoise lors du 81e Congrès de l'ACFAS, en mai à Québec. Il reçoit ici les félicitations du directeur général du SARIC, Pierre-Richard Gaudreault.

Photo : Michel Caron

Quinze étudiantes et étudiants aux cycles supérieurs ont brillé de tous leurs feux le 24 avril en présentant leur projet de thèse ou de mémoire en 180 secondes. S’inspirant du concours australien Three minute thesis, le Service d'appui à la recherche, à l'innovation et à la création (SARIC) a organisé la deuxième édition du concours Votre soutenance en 180 secondes.

Les candidats ont vulgarisé leur science avec panache en affichant leurs qualités d’orateur et en transmettant leur passion à un auditoire composé d’experts et de non-experts.

Tout comme lors de la première édition, un étudiant de la Faculté de génie, Philippe Beauchamp, s’est distingué et a remporté la palme. Ce candidat prédoctoral du Département de génie électrique et de génie informatique, sous la supervision du professeur Maxime Dubois, a démontré qu’il était possible de réduire la taille de la pile dans les voitures électriques. En raison de son coût élevé, le rendement du moteur électrique doit être amélioré.  Pour ce faire, il a présenté la notion de puissance qui est déterminée par la force et le nombre de tours d’un électro-aimant multiplié par le courant qui passe à l’intérieur. Si la vitesse de rotation est augmentée, la force requise pour le moteur diminue en conséquence, ce qui permettrait de réduire une fois pour toutes la dimension des piles électriques retrouvées dans les voitures électrifiées.

Parmi les autres participants qui se sont distingués, soulignons la prestation d’Olivier Guern de la Faculté d’administration qui a proposé l’exposé Les compétences pour réussir la cogestion au CHUS. Sa présentation portait, entre autres, sur les impacts des manières individuelles de travailler afin d’optimiser la structure de fonctionnement du travail au CHUS. Finalement, Catherine Dion-Lafont de la Faculté de droit a pour sa part traité de l’accessibilité à la justice en droit criminel pour les personnes qui se présentent seules. Elle a évoqué la procédure pénale comme une mesure essentielle afin d’avoir un procès équitable pour tous et d’avoir une défense pleine et entière.

Au terme de cette finale, l’ingénieur Philippe Beauchamp représentera l'Université de Sherbrooke à la grande finale québécoise qui se déroulera à Québec du 6 au 10 mai prochain lors du 81e congrès de l'Association francophone pour le savoir (ACFAS).