Les muses orphelines

Déchirant de vérité

Première pièce d’un triptyque familial de Bouchard, Les muses orphelines explore le thème de l’absence de la mère.
Première pièce d’un triptyque familial de Bouchard, Les muses orphelines explore le thème de l’absence de la mère.

Les muses orphelines ont 25 ans cette année. Depuis sa création, cette pièce de Michel Marc Bouchard a fait le tour du monde dans une douzaine de langues. Chez Duceppe, Martine Beaulne plonge avec bonheur dans cette grande œuvre du répertoire québécois avec une distribution cinq étoiles pour incarner le clan Tanguay : Macha Limonchik, Nathalie Mallette, Maxime Denommée et Léane Labrèche-Dor.

Première pièce d’un triptyque familial de Bouchard, Les muses orphelines explore le thème de l’absence de la mère. Par un subterfuge, la plus jeune des sœurs Tanguay, Isabelle, réunit ses sœurs et son frère à la maison familiale après avoir appris la vérité sur leur mère. Elle les force à avouer un mensonge éhonté qui dure depuis 20 ans. La metteure en scène dit avoir monté la pièce comme une tragédie plutôt qu’un drame : «La vérité qui éclate est cruelle, mais bénéfique.»

Les muses orphelines, une pièce forte, envoûtante, inquiétante, sera de passage le mardi 23 avril, à 20 h, au Centre culturel de l’Université de Sherbrooke.

Les réservations de billets se font par le site du Centre culturel.