Lancement d’une application web en kinésiologie

KinApp : un programme d’entraînement mobile

Une trentaine de vidéos commentées par les étudiants en kinésiologie sont disponibles via KinApp. Les utilisateurs peuvent les consulter à partir d’un ordinateur, d’un téléphone intelligent ou d’une tablette ayant accès à Internet.
Une trentaine de vidéos commentées par les étudiants en kinésiologie sont disponibles via KinApp. Les utilisateurs peuvent les consulter à partir d’un ordinateur, d’un téléphone intelligent ou d’une tablette ayant accès à Internet.
Photo : Michel Caron

Des finissants au baccalauréat en kinésiologie innovent en développant une application web gratuite d’entraînement physique qui s’adresse à tous. KinApp, lancée officiellement le 9 avril, contient un programme d’entraînement musculaire et des capsules d’information sur des sujets comme l’alimentation et la prévention de blessures à l’effort. C’est dans un cours de gestion de projet que les 28 étudiantes et étudiants impliqués ont conçu le programme. Selon Statistique Canada, en 2011, seulement 51 % des Québécois de 12 ans et plus ont déclaré pratiquer une activité physique dans leurs loisirs. Dans ce contexte, l’application se révèle un outil de mise en forme accessible.

Une application novatrice

Une trentaine de vidéos commentées par les étudiantes et étudiants en kinésiologie sont disponibles via KinApp. Les utilisateurs peuvent les consulter à partir d’un ordinateur, d’un téléphone intelligent ou d’une tablette ayant accès à Internet.

Au moment où le groupe d’étudiants a fixé son objectif, des études de marché leur ont révélé la pertinence d’aller de l’avant avec ce projet. Les applications web et mobiles étant très en vogue en 2013, l’équipe y a vu une bonne occasion de faire connaître la kinésiologie à la population.

«KinApp se distingue des autres applications du genre, car elle est entièrement francophone, ce qui est rare sur le marché actuel, souligne Hugo Parent-Roberge, responsable des communications du projet. Elle a été révisée par des professeurs de la Faculté d’éducation physique et sportive et des professionnels de la santé, en plus d’être approuvée par la Fédération des kinésiologues du Québec.»

Les capsules vidéo présentent toutes un exercice musculaire décrit par une narration. Un étudiant en kinésiologie y montre les mouvements à exécuter pendant qu’un modèle pratique l’exercice. Les utilisateurs peuvent également identifier les muscles sollicités dans les mouvements de chaque exercice grâce à une illustration accompagnant la présentation.

Multidisciplinarité et collaboration

Une telle réalisation a nécessité la contribution de plusieurs personnes, dont le quart-arrière Jérémy Roch et la volleyeuse Jessica Lambert. Les deux athlètes du Vert & Or ont servi de modèles pour l’exécution des exercices. Aussi, la programmation de l’application a été confiée à Francis Gravel-St-Pierre, étudiant en informatique à l’UdeS.

Le Centre sportif de l’Université a également mis la main à la pâte, en prêtant des locaux et du matériel à l’équipe de tournage. Des professeurs de la Faculté d’éducation physique et sportive de l’UdeS ont supervisé l’élaboration du contenu de KinApp, afin que les utilisateurs aient un produit fiable et de qualité entre les mains.

Un projet complet en évolution

Les 28 participants ont formé des sous-groupes attitrés aux divers aspects de l’élaboration du projet. Le financement, la programmation, la gestion des ressources humaines et matérielles et le tournage ont tous été pris en charge par les étudiants.

Même si la fin de session marque aussi la fin du cours de gestion de projet en kinésiologie, Hugo Parent-Roberge précise que KinApp ne sera pas délaissée : «Quelques étudiants continueront leur implication dans le projet, même après la fin de notre cours, ce qui fait que notre site continuera à évoluer.»

Le site Internet de KinApp est accessible sur toutes les plateformes pouvant naviguer sur Internet.