Allocution de la professeure Luce Samoisette,
rectrice de l'Université de Sherbrooke,
à l'occasion de la signature d'un accord spécifique de coopération scientifique et technologique pour le volet entrepreneuriat et innovation

Université de Lyon
Le 21 novembre 2016

Monsieur le président Bouabdallah,
Distingués invités,
Chers collègues, 

C’est un immense plaisir pour mes collègues et moi de profiter de la tenue des Entretiens Jacques Cartier pour célébrer et renforcer les liens privilégiés qui unissent nos établissements. Au nom de notre délégation sherbrookoise, je vous remercie pour cet accueil chaleureux que vous nous avez réservé.

Depuis plusieurs années, la synergie que partagent les universités de Sherbrooke et de Lyon donne lieu à des coopérations fructueuses dans de nombreuses sphères d’activité. Elle a en effet permis d’enrichir le parcours, les compétences et les connaissances de bon nombre d’étudiants, de chercheurs et de professeurs.

La mise en commun de nos atouts et de nos efforts a donné lieu à des développements prodigieux. L’essor fulgurant de l’UMI-LN2, en est un très bel exemple et la plaque qui a été dévoilée un peu plus tôt traduit bien notre volonté commune de miser sur des collaborations solides et durables.

Aussi, il va sans dire que l’avenir s’annonce encore plus prometteur avec l’accord spécifique de coopération scientifique et technologique que nous signons aujourd’hui. En étendant notre partenariat, nos communautés universitaires ainsi que les territoires que nous desservons bénéficieront d’un terreau encore plus fertile pour le développement de l’entrepreneuriat et de l’innovation.

L’une des grandes forces de l’Université de Sherbrooke est justement l’arrimage du transfert technologique avec les initiatives entrepreneuriales et l’innovation ouverte. Parmi les universités canadiennes ayant une faculté de médecine, l’Université de Sherbrooke est d’ailleurs celle qui a enregistré la plus forte croissance de ses revenus de recherche au cours des 15 dernières années.

Notre stratégie englobe la recherche fondamentale et appliquée, le transfert technologique, l’innovation sociale et l’esprit entrepreneurial. À titre d’exemple, les étudiants inscrits en entrepreneuriat à notre École de gestion doivent, dès leur première année de formation, créer en équipe une entreprise, l’exploiter et la dissoudre. À notre Faculté de génie, les aspects d’intelligence d’affaires, d’ajustement aux besoins du marché et de planification de modèles d’affaires sont maintenant intégrés aux activités de conception de produits innovants.

Plusieurs observateurs externes et experts internationaux estiment que l’Université de Sherbrooke s’est dotée de la vision entrepreneuriale la plus complète et la plus avancée qui ait été proposée jusqu’à maintenant dans le monde universitaire canadien.

Récemment, notre université a d’ailleurs été identifiée par Mitacs, un organisme national voué à stimuler l’innovation, dans le top 3 des meilleures universités canadiennes pour le démarrage d’entreprises technologiques. Il faut mentionner à ce titre que, depuis 2011, nous avons favorisé le démarrage de plus de 50 entreprises grâce à l’Accélérateur de création d’entreprises technologiques.

La vision concertée avec les partenaires de notre milieu ainsi que l’animation de notre écosystème ont aussi amené la Fédération canadienne de l’entreprise indépendante à classer la ville de Sherbrooke dans le top 5 des grandes villes canadiennes pour le démarrage et la croissance d’une entreprise.

Aujourd’hui, nous ne pouvons même pas imaginer tout le potentiel de la mobilisation des écosystèmes de Sherbrooke et de Lyon. Néanmoins, je suis profondément convaincue que les avancées et les réalisations qui découleront de ce nouvel accord de coopération dépasseront nos attentes les plus élevées.

Merci.