Allocution de la professeure Luce Samoisette,
rectrice de l'Université de Sherbrooke,
à l'occasion de l'annonce du don de la Ville de Sherbrooke à la campagne majeure D'avenirs et de passions

Le 21 janvier 2016

Monsieur le Maire,
Monsieur le Président de la Fondation,
Collègues du comité de direction et des directions facultaires,
Distingués invités,

L’annonce de la contribution de la Ville de Sherbrooke à la campagne majeure de l’Université constitue une nouvelle manifestation des liens très étroits qui unissent nos deux organisations.

On parle souvent des retombées de la présence de l’Université dans la ville. Certains mentionnent notamment des données économiques comme les dépenses des étudiants ou du personnel, la valeur du parc immobilier, l’achat de biens et services, etc. Mais cela va bien au-delà de ces éléments. Par exemple, la contribution bénévole dans la communauté des étudiantes et des étudiants, comme on l’a vu la semaine dernière lors du Salon de l’engagement étudiant.  Je pense aussi aux nombreuses cliniques qui fournissent des services à la population, ou encore à la présence du Centre culturel ou des installations sportives qui permettent d’accueillir la population de Sherbrooke et des environs, en plus de grandes manifestations nationales et internationales.

Mais à Sherbrooke, nous allons encore plus loin en matière de collaborations stratégiques exemplaires. Cela suscite la curiosité dans d’autres villes et parfois même une certaine jalousie…

On nous observe, on nous envie. Et bientôt, on va nous demander comment nous avons réussi à « vendre » l’idée d’un tel engagement de la part de la Ville de Sherbrooke dans la campagne majeure de l’Université. Ce sera alors une fierté et un plaisir de dire que cela n’a pas été difficile. Que la conversation s’est déroulée de manière très simple, ouverte et fluide. Et la raison en est fort simple. C’est que ce partenariat s’ajoute à de nombreuses autres collaborations et démarches concertées avec l’administration municipale. La confiance est mutuelle, les visions sont partagées. Selon moi, nous ne sommes pas près d’être copiés.

La contribution de la Ville dans notre campagne a été annoncée au moment de l’adoption du budget municipal en décembre. Elle reproduit la formule appliquée dans la campagne majeure précédente et consiste en des ristournes sur les tenant lieu de taxes générés par les nouvelles constructions réalisées sur les campus de l’Université. Ainsi, la Ville s’engage à verser une somme pouvant aller jusqu’à 6 millions de dollars sur une période de dix ans. Cela est d’autant plus apprécié que nous sommes très conscients que l’administration municipale est elle aussi confrontée à un contexte difficile.

En cette époque de rareté des ressources financières, c’est donc tout à l’honneur des dirigeants municipaux d’investir dans un partenariat comme celui que nous lui avons proposé. Malgré le contexte, il faut continuer d’investir dans notre avenir collectif. Il faut continuer d’avoir des projets porteurs d’espoir et mobilisateurs. Évidemment, il nous fallait présenter une proposition qui correspond aux priorités municipales. Il fallait une approche gagnant-gagnant.

La contribution de la Ville nous permettra donc de lancer très rapidement des actions concrètes pour soutenir notre stratégie Innovation, Partenariats, Entrepreneuriat qui mènera à la création d’un pôle d’entrepreneuriat unique à Sherbrooke. Ce projet rejoint les priorités de développement économique de la Ville. Comptez sur nous pour obtenir les résultats escomptés.

J’ai eu l’occasion de présenter cette stratégie lors de la semaine Entreprendre Sherbrooke, un autre exemple de collaboration ville-université. Ainsi, le Pôle d’entrepreneuriat de Sherbrooke va soutenir la relève entrepreneuriale et le développement local. Au total, l’Université prévoit y investir 60 millions de dollars sur une période de 10 ans grâce à des contributions de donateurs privés et publics et des partenariats avec de grandes organisations.

Notre approche comporte la mise en place d’une série d’atouts clés. Permettez-moi de rappeler brièvement leurs principaux objectifs : 
- concentrer les efforts dans certaines filières clés comme les technologies quantiques, les technologies de l’information, le transport et les énergies renouvelables ainsi que les technologies médicales;
- intégrer l’expérience de leaders de l’industrie et d’entrepreneurs chevronnés au sein des équipes de recherche;
- fournir des subventions pour la réalisation de prototypes et de preuves de concept afin d’accélérer la commercialisation d’innovations technologiques;
- construire un studio de création pour les projets étudiants en génie et rendre plus accessible aux entreprises nos laboratoires et nos équipements de recherche et de fabrication;
- stimuler et soutenir des projets d’entrepreneurs issus d’initiatives multidisciplinaires, comme des collaborations entre étudiants en médecine et en génie pour développer des technologies médicales répondant aux besoins pressants du secteur de la santé;
- renforcer les liens avec les organisations de développement économique;
- participer à l’animation des milieux régionaux favorisant l’innovation et la créativité;
- former la future génération d’entrepreneurs grâce à de nouveaux programmes offerts aux étudiants de toutes les disciplines et créer un environnement qui stimule la créativité et l’esprit novateur;
- travailler en amont auprès des élèves du primaire et du secondaire pour les intéresser tant aux carrières scientifiques qu’à l’esprit entrepreneurial.

Cela s’inscrit parfaitement dans la démarche Entreprendre Sherbrooke que la Ville a lancée l’année dernière pour renforcer l’approche partenariale qui distingue notre milieu afin de soutenir le dynamisme de nos entrepreneurs.

Selon le modèle reconnu des communautés entrepreneuriales les plus dynamiques, les universités doivent jouer un rôle de pourvoyeurs de talent, de relève et d’innovation. Les universités sont, selon l’expression consacrée, des « feeders ». C’est exactement ce que l’Université de Sherbrooke veut faire en lançant sa stratégie Innovation, partenariat et entrepreneuriat.

Sur nos campus universitaires, on retrouve les éléments classiques de ce modèle :
- des étudiants,
- des professeurs/chercheurs,
- des laboratoires,
- des programmes de soutien à l’entrepreneuriat, et
- des structures de transfert technologique et de valorisation des résultats de la recherche.

Mais nous voulons en faire davantage. Dans notre planification stratégique, nous voulons « ouvrir les portes et les esprits ». Nous souhaitons donc être un partenaire de premier plan avec le milieu pour favoriser le développement social, culturel et économique.

Je l’ai déjà mentionné, notre approche constitue une évolution naturelle de plusieurs de nos plus belles initiatives des dernières années. Mais c’est également une révolution dans le monde universitaire. Bien humblement, on nous confirme de toutes parts que c’est la vision entrepreneuriale la plus complète et la plus avancée qui ait été proposée jusqu’à maintenant.

Cette stratégie institutionnelle soulève un très grand enthousiasme auprès des gouvernements supérieurs, de grandes fondations, de grandes entreprises et de généreux donateurs.

Elle a aussi été déterminante pour l’obtention de la subvention de recherche de 33,5 M$, dans le cadre du programme Apogée, annoncée l’été dernier.

Reconnue comme l’une des universités les plus actives en recherche au Canada et au cœur d’un des trois pôles majeurs de recherche au Québec, l’UdeS souhaite tripler ses partenariats de recherche, doubler le nombre d’inventions en phase de commercialisation et doubler le nombre d’entreprises en essaimage dans l’Accélérateur de création d’entreprises technologiques (ACET).

Les résultats spectaculaires de l’ACET nous incitent d’ailleurs à en faire la pierre angulaire de notre stratégie.  Depuis sa création en 2011, l’ACET a en effet accompagné plus de 50 entreprises dont la valeur est estimée aujourd’hui à quelque 62 M$. Elles ont en outre créé près de 170 emplois.

Notre approche constitue la mobilisation la plus systématique et la plus stratégique pour favoriser la rencontre de la science et de l’entrepreneuriat pour favoriser l’innovation. Et c’est à cette stratégie que sera consacrée la contribution de la Ville de Sherbrooke.

Vous savez, nous voulions tenir la rencontre de ce matin au 3IT, là où nous avons lancé la stratégie institutionnelle en matière d’entrepreneuriat en novembre dernier. Mais la salle de réunion était justement mobilisée toute la journée par des rencontres avec des industriels…

Au nom de toute la communauté universitaire, au nom des bénévoles qui se consacrent à la campagne majeure, au nom de nos futures étudiantes et de nos futurs étudiants qui choisiront Sherbrooke pour réaliser leur projet entrepreneurial, je tiens à vous remercier, monsieur le Maire, ainsi que tous les membres du conseil municipal, pour votre vision et votre appui. Nous vous ferons rapport régulièrement des retombées de la contribution de la Ville. Je suis convaincue que les succès seront remarquables et que nous aurons de nombreuses occasions de nous réjouir de l’annonce de ce matin.

Merci de votre attention.