Allocution de la professeure Luce Samoisette,
rectrice de l'Université de Sherbrooke,
à l'occasion du coquetel des Journées des sciences humaines 2016

Le 30 mars 2016

Madame la Doyenne,
Chers collègues, amis et membres de notre communauté universitaire,

Bonsoir,

D’abord, merci de votre invitation. C’est un réel plaisir pour moi d’être parmi vous à l’occasion de cette toute première édition des Journées des sciences humaines.

Je tiens d’emblée à féliciter la Faculté des lettres et sciences humaines pour cette formidable initiative. Avec la trentaine d’activités proposées, il va sans dire que la programmation des Journées des sciences humaines est riche, pertinente et diversifiée, à l’image des disciplines qui s’y rattachent.

Rassembleuse aussi, puisqu’elle met en lumière l’expertise et les réalisations de six de nos facultés et de cinq centres, services et associations. Je tiens également à profiter de l’occasion pour saluer la participation de l’UQAM, de l’Université McGill et de l’Université York.

À travers les diverses activités proposées – conférences, tables rondes, expositions et autres – , il est bon de rappeler à quel point les travaux et les réflexions associés aux sciences humaines ont contribué à l’avancement de notre société. De mille et une façons, ils influencent les débats publics ainsi que les grands courants et enjeux de notre collectivité.

Sans l'éclairage des sciences humaines et sociales, comment pourrions-nous, par exemple, penser et repenser les mouvements migratoires, les changements environnementaux, les inégalités sociales ou le vieillissement de la population? Comment pourrions-nous nous projeter dans l'avenir sans connaître l'histoire? Comment pourrions-nous connaître notre identité sans l’apport des arts et des lettres qui enrichissent et embellissent notre milieu? Comment pourrions-nous résoudre les conflits, nous attaquer à la corruption, à la violence et aux abus, à la maladie mentale et à la détresse humaine sans les réflexions et les outils développés par les politologues, les éthiciens, les travailleurs sociaux et les psychologues?

À l’Université de Sherbrooke, nous sommes particulièrement fiers de l’apport de nos divers spécialistes dans les domaines des arts, des lettres et des sciences humaines et sociales, qui sont activement engagés au sein d’innombrables projets porteurs. Nous sommes aussi très fiers de former une relève prometteuse et très prisée des organisations innovantes. Nos stagiaires et nos diplômés dans ces disciplines sont en effet des atouts précieux alors que notre monde est en constante mutation.

Dans plusieurs domaines d’activités, ils sont particulièrement convoités pour leur capacité d’analyse, leurs habiletés à communiquer et à établir des relations, leur leadership, leur esprit d’ouverture, leur créativité et leur capacité d’adaptation. Ils savent mettre à profit leurs compétences, ici et ailleurs dans le monde.

Il va sans dire que les disciplines associées aux sciences humaines sont essentielles et omniprésentes dans TOUTES les facettes du monde moderne dans lequel nous vivons. Pour poursuivre le développement de notre société de façon responsable et équilibrée, nous devons, ensemble, continuer à mettre en lumière leur contribution indispensable.

En terminant, je vous remercie de votre présence et de votre participation active. Bonne soirée et, surtout, bonnes Journées des sciences humaines!