Allocution de la professeure Luce Samoisette, rectrice de l'Université de Sherbrooke, à l'occasion du Gala d'excellence de la recherche médicale 2010

Sherbrooke

Le 23 octobre 2010

Distingués invités,
Chers collègues,
Mesdames, Messieurs,

Il me fait grand plaisir de participer à cette soirée en tant qu’invitée d’honneur. Cette distinction me réjouit d’autant plus que ce lien qui unit l’Université de Sherbrooke et le Centre hospitalier universitaire de Sherbrooke illustre de façon remarquable ce que la synergie entre les membres d’institutions comme les nôtres peut accomplir. Une joie aussi d’être l’invitée d’honneur de cet événement l’année même du 30e anniversaire du Centre de recherche clinique Étienne-Le Bel. Cette fête revêt également un sens particulier puisque nous nous réunissons dans la demeure des Fusiliers de Sherbrooke qui célèbrent cette année leur 100e anniversaire.

La Faculté de médecine et des sciences de la santé, comme l'Université de Sherbrooke dans son ensemble, est privilégiée de pouvoir compter sur un Centre hospitalier universitaire auquel nous sommes étroitement liés depuis aussi longtemps dans la réalisation de notre mission. Au nom des membres de la communauté universitaire, je tiens à vous mentionner que nous sommes très heureux de pouvoir nous associer à votre succès. Nous partageons plusieurs objectifs communs, notamment la recherche de l'excellence et le désir constant de réussir les missions qui sont les nôtres.

Effectivement, la recherche fait partie de la mission des grandes universités. À l’Université de Sherbrooke, nous allions à cette mission les valeurs de collaboration et de partenariat, qui sont incontournables dans notre réalité. La coopération que l’Université de Sherbrooke entretient avec le CHUS, depuis la création de la Faculté de médecine et des sciences de la santé, est remarquable et nous alimente à tous les niveaux. Cette alliance nous munit de forces intellectuelles, voire même administratives, qui font l’envie de bien des milieux.

Je m’adresse à vous tous ce soir alors que la communauté universitaire vient à peine de terminer le plus grand exercice de consultation jamais entrepris à l’Université de Sherbrooke. Cette démarche nous a menés, le mois dernier, au lancement de Réussir 2010-2015, le plan stratégique de notre institution. De pair avec la nouvelle direction de la Faculté de médecine et des sciences de la santé, représentée par mon collègue le doyen Cossette, je peux vous annoncer clairement que vous, chers partenaires, et vous, professeurs, cliniciennes, cliniciens et chercheurs aux multiples fonctions et responsabilités, vous retrouvez en plein cœur de l’orientation que nous entendons donner à l’Université de Sherbrooke dans les prochaines années.

Nous voulons d’abord ouvrir les frontières de notre institution et abattre les cloisons qui séparent parfois les disciplines, les campus, les territoires et les cultures. En ce sens, nous allons faciliter, de manière encore plus importante, la collaboration entre nos établissements et ainsi donner à la recherche de grands espaces de pensée et de réalisation, en dehors des cadres classiques souvent établis par le temps et l’habitude. Nous voulons miser sur vos différents rôles de mentors, de médecins, de professionnels de la santé, de chercheurs et faire profiter l’ensemble de la population de votre polyvalence et de votre engagement.

La recherche en santé est fondamentale pour notre société, sous tous ses aspects. Les recherches menées par nos professeurs, étudiants des cycles supérieurs et tous les membres des équipes de recherche sont sources de soulagement et d’espoir. Elles englobent toutes les disciplines des sciences de la santé dans leurs aspects préventifs, évaluatifs et curatifs. Les liens tissés dans nos établissements entre la recherche fondamentale et la recherche clinique nous permettent de mener le savoir encore plus loin. Plus de 175 professeurs de la Faculté de médecine et des sciences de la santé oeuvrent au Centre de recherche clinique Étienne-Le Bel à titre de membres réguliers (133) ou associés (176). Plusieurs chercheurs d’autres facultés sont aussi actifs au sein du Centre de recherche clinique, notamment en administration, en sciences ainsi qu’en génie. Et c’est exactement une des lignes de force de notre planification stratégique qui souhaite pousser plus loin encore les recherches et les travaux inter et multidisciplinaires.

Une trentaine de groupes de recherche fondamentale et préclinique sur le cancer seront relocalisés en 2011 à l’intérieur du tout nouveau Pavillon de recherche appliquée sur le cancer, un investissement total de près de 36 M$. Notre plan stratégique se positionne clairement en faveur de l’appui à la recherche. Il nous apparaît évident que la recherche doit se déployer pleinement, de concert avec des partenaires avec qui nous partageons le souci de la rigueur scientifique et de l’excellence.

L’application des résultats de votre travail est un levier de développement important pour la région de Sherbrooke dans son ensemble qui va même au-delà de la mission première d’améliorer la santé de notre population. En effet, je crois fermement que les travaux que vous menez permettent d’encourager aussi le développement économique de notre région et, par votre engagement et votre dévouement, d’appuyer son développement social.

Je me réjouis de savoir que, pour le nouveau doyen, la collaboration entre la Faculté de médecine et des sciences de la santé et l'arrimage de ses priorités avec ses centres de recherche affiliés, en particulier le Centre de recherche clinique Étienne-Le Bel, sera au cœur du positionnement stratégique de la Faculté, de ses efforts de développement de la recherche et de la valorisation de ses découvertes.

C’est avec un grand enthousiasme que j’entrevois les prochaines années de partenariat entre l’Université de Sherbrooke et le CHUS et sa Fondation. Le soutien de Mme Gauthier, de M. Fortin et du Pr Marchand à la mission universitaire du CHUS et aux professeurs qui travaillent au Centre de recherche clinique Étienne-Le Bel est énormément apprécié par vos collègues de l’Université de Sherbrooke.  Je vous en remercie et vous en félicite.

Des soirées comme celle-ci sont importantes parce qu’elles permettent de prendre le temps de souligner votre apport de tous les jours à nos établissements de santé et d’enseignement. Connaissant votre engagement, je me permets donc de vous demander un petit service : je vous serais reconnaissante de transmettre mes remerciements à tous les membres de vos équipes qui ne peuvent être ici ce soir. Chacune de ces personnes contribuent au rayonnement de notre région, au développement des connaissances et au bien-être de la population.

Au nom de la communauté universitaire, je vous félicite toutes et tous de votre contribution.

Je tiens aussi à vous remercier personnellement de la collaboration qui nous a permis de faire de grandes choses par le passé et je vous assure de mon soutien à nos futures réalisations conjointes.

Merci.