Allocution du professeur Bruno-Marie Béchard,
recteur de l'Université de Sherbrooke,
à l'occasion de la campagne de financement de La Maison Aube-Lumière

Le 9 septembre 2008

Œuvre de compassion, d'entraide et de réconfort, La Maison Aube-Lumière joue un rôle indispensable dans notre communauté. Sa mission de soulager la souffrance figure parmi les plus nobles que l'on puisse remplir.

Aujourd'hui, la Maison Aube-Lumière manque cruellement d'espace pour soulager tous les malades qui ont besoin d'elle pour leur ultime combat, une période cruciale de leur vie et de celle de leurs proches.

En cette époque de progrès technologique, de bien-être matériel et de communications de masse, il est nécessaire de garder le cap sur les personnes, le sens de la vie et les valeurs les plus fondamentales.

Qui aujourd'hui, dans notre région, ne connaît pas une famille dont un membre a reçu des soins palliatifs dans ce havre de paix, de respect et d'amour?

Pour accomplir son œuvre, depuis 11 ans, La Maison Aube-Lumière a compté sur un millier de bénévoles. De voir des gens se dévouer ainsi à cette cause humanitaire me donne le goût de contribuer, à ma façon, à la mission de La Maison.

Je tiens à souligner la bonté de tous ceux et celles qui assurent le fonctionnement et les services. Ils savent conjuguer relations personnelles et valeurs altruistes. Sans compter leur temps, ils prennent soin des gens, les écoutent et apprennent de leur expérience.

Ce sont des personnes qui déploient chaque jour douceur et compassion afin que leurs hôtes préparent leur envol dans la plus grande sérénité. Aussi, je veux soutenir l'immense travail des bénévoles et l'admirable vocation des membres du personnel.

Nous savons que La Maison Aube-Lumière a beaucoup d’âme et de chaleur humaine et que l'accompagnement en fin de vie est une œuvre collective où plusieurs compétences se complètent.

Puisque nous n'avons pas tous les qualités, le temps, le dévouement, la tolérance, les connaissances ou les aptitudes nécessaires pour venir en aide nous-mêmes aux personnes en fin de vie, nous devons alors exercer notre générosité autrement. J'invite donc toute la population à contribuer à la campagne de financement de La Maison Aube-Lumière.

Tout être humain mérite de vivre ses derniers jours dans la dignité. Aidons La Maison Aube-Lumière à rendre cela possible. Qui sait, en aurons-nous un jour besoin nous-mêmes?