Allocution du professeur Bruno-Marie Béchard,
recteur de l'Université de Sherbrooke
à l'occasion de l'annonce du conférencier invité au premier événement bénéfice de la Fondation du Musée de la nature et des sciences

Le 9 mai 2008

Messieurs les Présidents,
Madame la Directrice générale,
Distingués invitées et invités,
Mesdames, Messieurs,

Je remercie la Fondation du Musée de la nature et des sciences pour l'invitation qui m'a été faite d'agir à titre de président d'honneur de son premier événement bénéfice.

Nous sommes privilégiés d'avoir à Sherbrooke un tel musée de calibre international : le seul spécifique aux sciences naturelles au Québec et le plus grand diffuseur d'expositions scientifiques au pays. Plaque tournante dans le domaine des produits de diffusion scientifique, ses expositions sont réputées pour leur grande précision, leurs qualités interactives et leurs coûts abordables.

J'accorde personnellement une très grande importance au Musée tant pour son envergure et sa polyvalence que pour sa créativité et son rôle de vulgarisateur. Il favorise le rapprochement entre les scientifiques et le public qui cherche à comprendre la complexité du Monde. Il rend la science plus accessible et joue un rôle crucial pour allumer l'intérêt des jeunes de notre région envers la nature et les sciences. À coups d'audaces et d'innovations, le Musée lutte ainsi contre le décrochage scolaire, en intéressant les jeunes à des domaines particulièrement prometteurs dans lesquels le Québec s'apprête à vivre de graves pénuries de main-d'œuvre.

Et maintenant, j'ai le plaisir de vous révéler notre conférencier qui est l'un des environnementalistes les plus respectés dans le Monde. Formé dans les plus grandes écoles (Harvard, London School of Economics, University of Virginia), il aurait pu avoir une brillante carrière d'avocat d'affaires, mais il a choisi l'environnement, sa passion. Depuis 1984, il travaille pour l'organisation Waterkeeper qui protège la rivière Hudson et poursuit les pollueurs de cette réserve d'eau pour New York. Il préside aussi la Waterkeeper Alliance, qui regroupe plus de 160 organisations locales à travers la planète. J'ai nommé Robert F. Kennedy Jr!

(Présentation d'une vidéo d'une minute extraite de la conférence de M. Kennedy.)

La réputation de Robert F. Kennedy Jr est enrichie par une série de succès dans d'importantes causes légales reliées à l'environnement. Proclamé grand « héros pour la planète » par le magazine Time, il est avocat senior auprès du Natural Resources Defense Council des États-Unis, avocat principal pour l'organisme Hudson Riverkeeper, professeur et avocat superviseur de la Pace Universtity School of Law's Environmental Litigation Clinic.

Il a travaillé sur de nombreux dossiers à caractère environnemental partout en Amérique et il a assisté plusieurs groupes autochtones, en Amérique latine et au Canada, dans la négociation de traités pour la protection de territoires ancestraux. On lui doit le « New York City watershed agreement », une entente considérée comme un modèle international parce qu'elle vise l'atteinte de consensus négociés et le développement durable. Il a aidé à renverser les lois anti-environnementales durant le 104e congrès des États-Unis. Il est l'auteur de plusieurs livres à succès du New York Times et ses articles primés ont été intégrés dans les meilleures anthologies d'écriture sur le crime, la science et la politique.

Au cours de sa conférence, M. Kennedy discutera du rôle crucial de l'environnement naturel dans nos vies, pour notre plaisir, notre santé, notre travail et surtout, notre identité en tant qu'être humain. Puisant des exemples dans les domaines de l'art, de l'histoire et de la littérature, il nous rappellera notre responsabilité envers les générations futures.

Je félicite la Fondation du Musée de la nature et des sciences pour cet impressionnant rendez-vous, et j'invite les gens d'affaires et toute la population à venir être inspirés par cet illustre conférencier au verbe aiguisé le jeudi le 12 juin prochain au Théâtre Granada de Sherbrooke.