Allocution du professeur Bruno-Marie Béchard,
recteur de l'Université de Sherbrooke
et président du Pôle universitaire
de Sherbrooke, à l'occasion des
Premières Rencontres scientifiques
universitaires Sherbrooke-Montpellier

Le 9 mai 2006

Monsieur le Député, représentant le gouvernement du Québec,
Monsieur le Maire,
Monsieur le Maire adjoint, représentant la Ville de Montpellier,
Monsieur le Directeur du Pôle universitaire,
Chères et chers amies et amis montpelliérains,
Chères et chers collègues,

Au nom de l'Université de Sherbrooke et du Pôle universitaire de Sherbrooke, je vous souhaite la plus cordiale bienvenue. C'est avec joie que nous inaugurons aujourd'hui ces Premières Rencontres scientifiques universitaires Sherbrooke-Montpellier.

Premier pôle universitaire à avoir été déployé au Canada, le Pôle universitaire de Sherbrooke est intimement lié au développement de Sherbrooke. Ses institutions constituent le cœur et l'âme de notre cité :

  • deux universités, Bishop's University et l'Université de Sherbrooke;
  • trois collèges, deux francophones et un anglophone;
  • quatre institutions bilingues, soit un centre hospitalier universitaire, un centre de santé et de services sociaux–institut universitaire de gériatrie récemment fusionnés, ainsi qu'un centre de recherche et développement du gouvernement fédéral.

À l'instar de l'Université de Sherbrooke et du Centre hospitalier universitaire de Sherbrooke, les autres institutions du Pôle universitaire de Sherbrooke sont aussi appelées à développer des collaborations avec leurs homologues du Pôle universitaire européen de Montpellier et du Languedoc-Roussillon, tant en recherche qu'en formation.

Sherbrooke a choisi Montpellier comme partenaire privilégié dès la mission que nous y avons réalisée en octobre 2003. Nos deux centres hospitaliers universitaires ont alors signé un accord de coopération et l'Université de Sherbrooke, une lettre d'intention avec le Pôle universitaire européen.

Ensuite, une délégation de Montpellier est venue chez nous en mai 2004, et une délégation de Sherbrooke a fait la réciproque en juin. C'est à cette occasion que nous avons signé les accords de coopération avec les universités montpelliéraines et le Pôle universitaire européen de Montpellier et du Languedoc-Roussillon.

En mai 2005, Sherbrooke a eu le plaisir de recevoir une nouvelle délégation de Montpellier incluant un élu de la municipalité, le premier adjoint Michel Guibal, et les discussions ont conduit à l'accord d'amitié que nos deux villes ont signé aujourd'hui.

En deux ans seulement, la volonté commune de mener une démarche stratégique entre partenaires privilégiés a donné des fruits impressionnants :

  • Six cotutelles de doctorat ont été mises en œuvre, en éducation, psychologie et sciences.
  • Trois programmes intégrés sont en construction, en droit, géomatique et gestion internationale, et un nouveau programme est en émergence en éducation physique.
  • Plusieurs collaborations dans le domaine du vieillissement ont été renforcées ou développées.
  • Des ententes ciblées de mobilité étudiante sont en voie d'être mises au point en administration, droit, éducation, médecine et sciences de la santé.
  • Des professeurs de droit, d'éducation et de génie de Sherbrooke ont séjourné à titre d'invités dans des établissements montpelliérains.
  • Des représentants facultaires ont réalisé des missions à Montpellier dans le but de développer de nouveaux projets conjoints.
  • Une mission commune au Mexique est en préparation pour « trianguler » certaines alliances.
  • En géomatique, nous avons triangulé un projet de mobilité académique avec notre autre partenaire stratégique européen, l'Université de Liège, et j'en profite pour en saluer les représentants aux présentes rencontres.
  • Enfin, notre alliance avec le Pôle universitaire européen de Montpellier et du Languedoc-Roussillon ouvre des possibilités de collaboration avec le Centre universitaire de Nîmes et avec l'Université ouverte de Montpellier Languedoc-Roussillon, de même qu'avec l'Université de Perpignan.

Ancrée au faîte des Amériques, à la croisée des cultures latines et anglo-saxonnes, l'Université de Sherbrooke est donc très heureuse de l'alliance stratégique conclue en 2004 et nous entendons poursuivre le déploiement de nos maillages avec des équipes de l'ensemble des établissements partenaires. Les échanges que nous amorçons cet après-midi permettront de renforcer nos liens actuels et d'en tisser de nouveaux au bénéfice de nos étudiantes et étudiants, et pour l'avancement de nos sociétés des deux côtés de l'Atlantique. Nous espérons que ces rencontres posent de nouvelles pierres à l'édifice dont nous pouvons déjà être fiers, et inaugurent une tradition qui pourrait être biennale.

En terminant, je remercie le professeur Mario Laforest, vice-recteur associé aux relations internationales, de même que son équipe, pour avoir organisé de main de maître cet important événement.

Je souhaite à tous les Montpelliérains un excellent séjour en Estrie, ainsi que beaucoup de plaisir et de succès à tous les participants. Je déclare ouvertes les Premières Rencontres scientifiques universitaires Sherbrooke-Montpellier.