Allocution du professeur Bruno-Marie Béchard,
recteur de l'Université de Sherbrooke,
à l'occasion de la Journée de consultation
de la Table de concertation interordres en éducation

Le 28 mars 2006

Distingués invitées et invités,
Mesdames, Messieurs,

Au nom de mes collègues de la Table estrienne de concertation interordres en éducation, la TECIÉ, je tiens à vous souhaiter la plus cordiale bienvenue. Je vous remercie de participer à cette journée de consultation sur le plan régional de mobilisation et d'action contre le décrochage et pour la diplomation des jeunes en Estrie.

Votre présence signifie que vous avez à cœur la réussite de nos enfants. Nous comptons sur votre expertise afin que nos actions soient les plus pertinentes possibles par rapport aux situations vécues dans chaque milieu. Je vous invite donc à prendre part activement aux échanges qui vous seront proposés tout au long de la journée.

Importance de ce dossier régional

Je rappelle qu'au printemps 2005, la Table estrienne de concertation interordres en éducation s'est donné comme mission d'identifier les grands enjeux de l'éducation en Estrie et d'assurer la mise en place des mesures requises pour y faire face.

Le premier dossier jugé prioritaire par l'ensemble des organisations membres de la TECIÉ a été celui de la persévérance scolaire des jeunes estriens ainsi que leur diplomation et qualification.

Nous vous présenterons cet avant-midi le portrait de la situation en Estrie de même que le diagnostic qui en découle. À la lecture des données, une conclusion s'impose : trop de jeunes estriens abandonnent l'école sans qualification, notamment sans diplôme d'études secondaires.

Cette situation a des conséquences négatives sur les plans personnel, social et économique, tant pour les personnes que pour leur collectivité. Dans notre société où le savoir et la technologie conditionnent de plus en plus la nature des emplois, l'absence de diplomation et de qualification constitue un lourd handicap pour les individus et pour les entreprises qui ont besoin d'une main-d'œuvre plus qualifiée. En face de cette réalité, il est primordial d'agir avec détermination pour contrer le décrochage scolaire et assurer la diplomation des jeunes estriens.

Un défi à relever ensemble

Ce double défi du décrochage et de la diplomation continue à se poser, bien que nous ayons déjà entrepris des actions pour redresser la situation dans nos milieux respectifs. Comme les résultats escomptés tardent à se concrétiser, nous croyons qu'il est possible d'atteindre de meilleurs résultats en joignant nos forces pour travailler en concertation à l'atteinte d'objectifs ciblés. C'est pourquoi nous mobilisons tous les milieux, éducatifs, sociaux, culturels et économiques, afin mettre en œuvre les conditions gagnantes. Ensemble, nous serons plus déterminés, plus forts et plus efficaces.

La coopération entre tous les milieux et tous les organismes concernés constitue le moyen le plus efficace pour favoriser la réussite du plus grand nombre de nos jeunes. Cette coopération doit être organisée, orientée et appuyée. D'où l'importance de nous donner un plan de match régional qui nous interpelle toutes et tous, chacun à notre niveau d'intervention. Notre premier défi consiste à partager une partie de nos ressources, et ce, dans le respect de nos juridictions et de nos responsabilités particulières.

Importance de la consultation d'aujourd'hui

La consultation d'aujourd'hui constitue une étape majeure dans la démarche de concertation régionale.

Vous avez l'occasion d'influencer le plan de mobilisation et d'action que l'Estrie veut se donner pour contrer le décrochage scolaire et augmenter la diplomation.

Vous avez l'occasion d'identifier les actions qu'il importe de mener collectivement en Estrie.

Vous avez la possibilité d'indiquer le soutien que vous attendez de la Table de concertation interordres pour appuyer votre action dans le milieu.

Plus important encore, vous pouvez manifester sans réserve votre engagement dans des actions concertées en vue de contrer le décrochage et d'assurer la réussite des élèves.

L'éducation comme priorité régionale

Notre Table présentera le plan d'action à la Conférence régionale des élus de l'Estrie (CRÉE), qui a la responsabilité de déterminer les priorités régionales de développement. La CRÉE a déjà apporté son soutien à ce dossier, ce qui nous a permis de poursuivre l'étude des causes du décrochage et des conditions à mettre en place pour le prévenir. C'est donc grâce à l'appui financier de la CRÉE et des organismes membres de la Table de concertation, que nous sommes en mesure de vous soumettre aujourd'hui une proposition de plan de mobilisation et d'action aux fins de consultation.

L'éducation a déjà été la priorité de notre société. Cette priorité était largement partagée par tous les groupes, qui considéraient la formation donnée à la jeunesse comme le meilleur investissement pour notre développement. Or, l'éducation ne jouit plus du même consensus social, comme si aujourd'hui, tout était acquis dans ce domaine. Certes, de nombreux autres défis font l'objet de débats dans les médias. Dans ce contexte, il est absolument essentiel de réaffirmer que l'éducation est plus que jamais l'investissement le plus rentable qu'une société puisse faire, de façon permanente, autant sur le plan personnel pour chaque individu que collectif comme société.

Je crois profondément que le niveau de vie d'une société est étroitement lié à la qualité de son éducation. Je veux donc vous réitérer le défi de répandre dans vos milieux l'importance de stimuler l'engouement pour l'éducation comme étant le domaine prioritaire de notre société. C'est le défi qu'il me tient le plus à cœur de relever avec vous.

Ensemble, renversons la vapeur en convainquant notre entourage de s'engager résolument en faveur de l'éducation. Concrètement, mettons en place pour chaque jeune, des mesures de stimulation, d'encouragement et de soutien à la réussite de son parcours scolaire.

Ainsi, notre détermination et nos actions contribueront à redonner à l'éducation la place prépondérante qu'elle doit prendre dans les débats publics et dans les engagements concrets des organismes et des personnes qui décident des priorités de développement de notre collectivité.

Je vous souhaite une journée des plus stimulantes, remplie d'échanges fructueux et porteurs d'actions qui feront la différence! Merci à l'avance au nom de la Table interordres et au nom des générations à venir.

Maintenant, j'invite M. Claude Saint-Cyr à vous présenter une vue générale du plan que nous vous soumettons aujourd'hui.