Allocution du professeur Bruno-Marie Béchard,
recteur de l'Université de Sherbrooke,
à l'occasion de la conférence de presse
annonçant le projet Sur la piste des réfugiés
 

Le 27 avril 2006

Madame la Directrice générale,
Madame la dramaturge,
Mesdames les coordonnatrices,
Chers étudiantes et étudiants,
Mesdames, Messieurs,

J'aimerais que nous prenions quelques instants pour nous mettre dans la peau de drames humains immenses vécus à de trop nombreux endroits sur notre planète. Le premier drame dont on prend conscience régulièrement est souvent résumé dans les statistiques des soldats tués au front de part et d'autre, et dont le sacrifice pour différentes causes marque à jamais la vie de leur famille et de leurs amis.

Une deuxième couche de drame humain touche l'ensemble des populations civiles tuées ou blessées dans les bombardements. Les médias nous montrent parfois l'impact destructeur de ces événements sur leurs propres vies, leurs familles, leur entourage et leur société.

Mais il y a une troisième couche de drame humain qui celle-là a beaucoup plus tendance à être oubliée. C'est le déracinement de millions de personnes chassées de leur milieu de vie, qui doivent se réfugier quelque part, non par choix, mais par obligation. Ces mers de personnes voient ainsi leur existence complètement modifiée, et ce, souvent pour le reste de leur vie, avec pratiquement aucune attention des médias ni de la communauté internationale qui les oublient...

Votre admirable projet vise donc très juste, et me rend particulièrement fier parce qu'il enrichit notre regard sur le Monde. Notre pays arbore un visage de plus en plus multiculturel et je considère la vision cosmopolite et humanitaire comme une compétence essentielle aux futurs leaders de notre société.

Le projet Sur la piste des réfugiés illustre l'ouverture au Monde dont sont capables nos étudiantes et étudiants. Leur prise de conscience les incite à agir maintenant pour améliorer le sort de personnes réfugiées et immigrantes. Ainsi, ils nous montrent qu'on peut passer à l'action sans attendre, et ce, dans notre propre milieu.

La problématique des réfugiés ne se vit pas seulement dans des pays en situation de crise. Elle a aussi des répercussions chez nous, car la région de Sherbrooke accueille chaque année entre 300 et 400 réfugiés. Sommes-nous vraiment sensibilisés à leur sort? Quel accueil leur réservons-nous?

Ceux et celles qui le font sont unanimes : Au contact des réfugiés, nous avons beaucoup à apprendre. Le témoignage de la dramaturge qui est intervenue avant moi est éloquent à cet égard : Les réfugiés peuvent même nous réapprendre des priorités fondamentales comme le privilège de l'éducation que l'on prend pour acquis dans des sociétés développées comme la nôtre, ce qui explique le désintéressement massif des parents par rapport à l'éducation et, en conséquence, le décrochage des jeunes qui est en forte croissance.

De plus en plus d'étudiantes et étudiants internationaux et de personnes immigrantes choisissent Sherbrooke. En leur faisant une place, intéressons-nous aux drames que certains d'entre eux vivent ou ont vécu, car les événements qui marquent leur vie, leur famille et leur nation nous interpellent chacun d'entre nous par leur universalité. Ce sont des concitoyennes et concitoyens à part entière qui méritent toute notre considération et qui peuvent nous apporter tellement par leur vécu et leur vision du Monde.

Je veux remercier les équipes étudiantes qui travaillent avec persévérance depuis un an au projet Sur la piste des réfugiés, ainsi que les membres du personnel de l'Université et les partenaires qui les ont appuyées. Vous contribuez à humaniser davantage notre institution, notre région et notre société. J'ai une reconnaissance toute spéciale à l'égard des personnes réfugiées et immigrantes qui, par leur histoire et leur culture, nous enrichissent et nous ramènent aux valeurs fondamentales que sont la vie et le respect.

Cette initiative est un autre exemple de leadership coopératif : Des étudiantes et étudiants de l'Université de Sherbrooke réalisent un projet de grande envergure en collaboration avec plusieurs partenaires locaux, nationaux et internationaux. S'ils sont capables de telles actions maintenant, ils continueront une fois diplômés à faire germer le respect et la paix dans notre Monde qui en a bien besoin.