Allocution du professeur Bruno-Marie Béchard,
recteur de l'Université de Sherbrooke,
à l'occasion d'une conférence
de presse sur le 35e Buffet des nations

Le 19 avril 2006

Madame la Coprésidente d'honneur,
Madame la Directrice générale,
Madame la Coordonnatrice du Buffet,
Mesdames, Messieurs,

Je m'associe à Louise pour convier la population à participer d'une façon marquante au 35e anniversaire du Buffet des nations. En étant nombreux au rendez-vous, nous encourageons le Service d'aide aux Néo-Canadiens (SANC) à poursuivre son œuvre incomparable d'intégration sociale, culturelle et économique.

J'ai accepté de parrainer l'événement pour plusieurs raisons. D'abord, l'Université de Sherbrooke a 52 ans comme le Service d'aide aux Néo-Canadiens, et la connivence avec la communauté universitaire existe depuis le début puisque l'Université a attiré un grand nombre de personnes immigrantes qui ont contribué puissamment à son développement et à son rayonnement international. Cette ouverture sur le Monde a conféré à Sherbrooke plus tôt et plus fortement qu'ailleurs sa tolérance envers les Autres, qui nous permet de comprendre leurs cultures afin que les Autres puissent embrasser et enrichir notre propre culture sans perdre la leur.

Aussi à compter de 1968, des membres de la communauté universitaire, et particulièrement des recrues professorales d'origine étrangère, ont été parmi les principaux organisateurs et convives des premiers soupers internationaux qui se sont transformés en Buffet des nations en 1972. Au fil des ans, de nombreux employés, étudiants et diplômés de l'Université continuent d'œuvrer au SANC et de savourer le Buffet. Nous sommes choyés de pouvoir y tisser des liens d'amitié aux couleurs ethniques variées.

À mes yeux, l'Université de Sherbrooke est un pont qui relie l'Estrie au Monde, un foyer d'éducation et de recherche qui favorise l'épanouissement d'étudiants internationaux et de personnes immigrantes. Ceux-ci nous font profiter en retour de leurs expériences et de leurs contacts, et apportent ainsi de l'eau à notre moulin.

C'est tout le milieu de vie qui contribue à l'accueil et à l'intégration des universitaires venant chez nous, la communauté étudiante bien sûr, mais également le personnel de l'institution et la collectivité locale.

Comme le SANC, l'Université de Sherbrooke est au cœur du mouvement d'internationalisation en Estrie. C'est un lieu de dialogue et de gestion de la diversité, caractérisé par la variété d'opinions, d'attitudes et de cultures.

À l'UdeS, nous avons une vision très stimulante de notre développement international pour offrir une perspective interculturelle à nos étudiantes et étudiants afin qu'ils puissent s'épanouir en milieu étranger, et ce, dans les deux directions. Aussi, notre Agence des relations internationales, créée en 2003, permet de consolider et d'accentuer nos collaborations avec des universités ciblées. Parmi les centaines d'ententes auxquelles nous coopérons, nous avons entrepris de conclure des accords stratégiques avec un nombre limité d'alliées privilégiées pour mieux approfondir le processus d'internationalisation en le faisant traverser toutes les sphères institutionnelles.

L'âge des « vases clos » est révolu. Nous sommes maintenant à l'âge des « vases communicants ». Avec le SANC, développons en profondeur l'ouverture aux autres nations. Ainsi, j'invite la population à se procurer des billets pour le Buffet des nations afin que, par notre participation nombreuse et enthousiaste, nous célébrions 35 ans de précieuse contribution à la qualité de vie en Estrie et assurions la pérennité de cet événement unique. Ensemble, osons agrandir l'amitié interculturelle pour le bien de notre région et de l'humanité toute entière!