Allocution de monsieur Bruno-Marie Béchard,
recteur de l'Université de Sherbrooke,
à l'occasion de la visite du ministre des Finances du Canada, monsieur John Manley

24 février 2003

Monsieur le Vice-premier ministre,
Monsieur le Député,
Monsieur le Maire,
Madame la Principale,
Distingués invitées et invités,
Chères et chers collègues
Mesdames, Messieurs,

Il nous fait vivement plaisir de vous accueillir, Monsieur le Vice-premier ministre, au cœur d'une ville et d'une région apprenantes et entreprenantes.

Je tiens à souligner que vous êtes, avec votre prédécesseur, à l'origine de l'accroissement substantiel du financement que le gouvernement canadien accorde à la recherche.

Je me réjouis de la décision de votre gouvernement d'accroître de deux milliards par année ses programmes d'aide à la recherche et à l'innovation. Les initiatives que vous venez d'annoncer dans le cadre de votre budget touchant la recherche universitaire, les bourses d'études supérieures et les centres hospitaliers universitaires vont toutes contribuer à mieux relever les défis scientifiques, technologiques, économiques et sociaux qui se posent dans le contexte de la mondialisation. Ainsi, vous assurez au Canada une place enviable au sein de la civilisation du savoir axée sur les connaissances, la créativité et l'apprentissage.

Votre vision à long terme du développement économique et social porte fruit et je vous assure que l'Université de Sherbrooke et ses partenaires la réalisent dans l'optique du fort ancrage régional que votre gouvernement a inscrit dans sa stratégie d'innovation.

L'Université de Sherbrooke a choisi d'accélérer le développement de la recherche et des études avancées au bénéfice de notre société. Elle y parvient au point de détenir le meilleur rendement canadien, et l'un des meilleurs rendements au monde, en matière de redevances sur ses inventions. Elle excelle aussi dans la création de nouvelles entreprises par essaimage et en compte maintenant 19.

L'Université de Sherbrooke incarne un modèle coopératif d'université et a la taille idéale pour faire éclore en Estrie les idées nouvelles dans des conditions de mobilisation optimales. En 2001-2002 seulement, nous avons conclu 14 ententes de partenariat avec l'industrie et signé 334 contrats de recherche.

L'Université de Sherbrooke est notamment l'instigatrice des deux seuls pôles universitaires existants au Québec. Celui de la Montérégie permet aux institutions associées d'offrir ce qu'elles ont de mieux pour desservir les particuliers, les entreprises et la collectivité, en complémentarité et dans le respect mutuel. Quant au Pôle universitaire de Sherbrooke, il a ouvert la voie à une nouvelle coopération stratégique entre les neuf institutions à caractère universitaire de la Ville de Sherbrooke.

En Estrie, Monsieur le Vice-premier ministre, les milieux de la recherche et des affaires sont en train de réaliser une concertation unique au pays qui systématise la valorisation des inventions issues de la recherche, tous secteurs confondus, à travers un processus de validation du potentiel d'essaimage de nouvelles entreprises.

Les retombées concrètes de la technologie ACELP de compression de la parole fournissent un exemple éloquent de notre approche innovante et collaborante. Plus de 20 inventions ont été générées à partir de la technologie ACELP initiale. Près de 400 brevets et demandes de brevets en couvrent les trois générations, soit les systèmes téléphoniques conventionnels, les systèmes téléphoniques mobiles et la transmission de la voix par Internet. Cette technologie de renommée mondiale a remporté 16 standards différents en télécommunication. Elle a donné lieu à deux compagnies essaimantes : SiproLab Telecom et Corporation VoiceAge, ainsi qu'à 113 licenciés. Plus de 40 millions de dollars de redevances déjà versés à l'Université de Sherbrooke y contribuent à bonifier les conditions de recherche.

Sherbrooke est la ville canadienne dotée de la plus forte densité d'activité universitaire et ce, dans les deux langues officielles. Ainsi, pour l'Université de Sherbrooke, le développement économique passe par la valorisation du plein potentiel de l'Estrie en tant que Pôle d'excellence technologique. C'est pourquoi nous orchestrons un véritable creuset de moyens et de dispositifs novateurs, pour créer de l'activité économique particulièrement porteuse à partir des neuf institutions qui constituent le Pôle universitaire de Sherbrooke. L'attraction des recrues professorales et étudiantes de première qualité, le parrainage d'entreprises de pointe, les investissements d'amorçage, les incubateurs d'entreprises, le placement en région des diplômées et diplômés, le développement de Sherbrooke comme cité universitaire de premier choix, tout ce bouillonnement, Monsieur le Vice-premier ministre, peut servir d'inspiration et de modèle de développement économique pour les autres régions au pays.

La configuration socio-économique sherbrookoise est particulière. Nous faisons ici les choses autrement. Nous avons des performances hors de l'ordinaire qui se répandent à travers le monde. Comme vous le constatez, notre toile de fond est tissée de vision, d'innovation et de partenariat. Avec votre appui, Monsieur le Vice-premier ministre, nous sommes déterminés à faire fructifier encore davantage notre foyer de germination d'idées puissantes, qui se frayent un chemin des laboratoires jusqu'à la société.