Allocution de monsieur Bruno-Marie Béchard,
recteur de l'Université de Sherbrooke,
à l'occasion du 16e Colloque annuel de l'Association de la maîtrise en environnement

28 février 2003

Madame la Coordonnatrice,
Chers étudiantes et étudiants,
Chères et chers collègues,
Mesdames, Messieurs,

Dans son « Cantique au Soleil », saint François d'Assise louait le Seigneur « pour notre sœur la Terre qui nous soutient et nous nourrit », qui « produit des fruits, des fleurs aux mille nuances, ainsi que la verdure ».

En Estrie, selon le journal Les Affaires, nous avons la chance d'avoir des eaux poissonneuses, des forêts impressionnantes, un sous-sol riche en minéraux, des vergers, des vignobles, tout cela, et bien plus encore… une qualité de vie fort enviable!

Au cœur de cette région verte, j'ai le grand plaisir de vous souhaiter la plus cordiale bienvenue à ce colloque de l'Association des étudiantes et étudiants de la maîtrise en environnement de l'Université de Sherbrooke.

Seize ans déjà! Cet événement annuel fait honneur à notre institution et me réjouit à plusieurs égards. D'abord, je tiens à louer la qualité de l'organisation qui, année après année, se démarque par son professionnalisme. Cette initiative a mobilisé au cours des derniers mois une vingtaine d'étudiantes et étudiants qui n'ont ménagé aucun effort pour vous livrer un événement de grande envergure. Pour ceux et celles d'entre vous qui l'ignorez, c'est près de 250 personnes qui s'inscrivent au colloque de l'AMEUS à chaque édition. Bravo donc à Mme Marlène Hutchinson et à toute son équipe!

En second lieu, j'aimerais souligner que l'AMEUS, grâce à son colloque annuel, a été finaliste, l'automne dernier, au Gala Forces Avenir à Montréal dans la catégorie « environnement ». Le titre de finaliste reconnaît la contribution remarquable de votre organisation multidisciplinaire à la promotion environnementale. Votre approche, qui favorise le rassemblement des acteurs pour développer l'économie tout en protégeant l'environnement, renforce l'image de l'Université de Sherbrooke caractérisée par son insertion dans la collectivité et son soutien au développement durable.

Pour en revenir à aujourd'hui, je veux également souligner la justesse du choix du thème qui alimentera les conférences et discussions, soit « Énergie : efficacité et durabilité ». En effet, notre société est plus que jamais confrontée à une période de changements accélérés, autant sur le plan des politiques publiques en environnement que sur le plan de nos habitudes de vie, en particulier dans nos choix liés à notre consommation énergétique. Au cours des prochaines années, nous serons appelés à revoir nos modes de vie et nos modes de production des biens et services. L'efficacité et la durabilité de nos sources d'énergie est un enjeu mondial incontournable qu'il faut étudier, expliquer et débattre. Vous êtes nombreux à vous être déplacés aujourd'hui; j'en conclus que vous saisissez l'importance de cet enjeu et je vous en félicite.

Le défi se pose également aux professeures et professeurs de l'Université de Sherbrooke. En effet, depuis plusieurs années, l'énergie est un domaine de recherche creusé par nos spécialistes. Ces derniers explorent de nouvelles technologies liées à l'efficacité énergétique ou aux carburants de rechange comme l'hydrogène, les piles à combustible et même l'énergie issue de la valorisation des matières résiduelles.

Aussi, l'énergie est l'un des six axes de recherche de notre nouvel Observatoire de l'environnement et du développement durable. Cet Observatoire, le premier du genre au Québec, suscite des recherches multidisciplinaires en décloisonnant nos facultés et centres de recherche et en les associant aux autres institutions du Pôle universitaire de Sherbrooke ainsi qu'à différentes organisations de l'Estrie. À travers l'Observatoire, plusieurs professeures, professeurs, chercheuses et chercheurs travailleront au cours des prochaines années à approfondir et à élargir leurs champs de recherche liés à l'utilisation efficace et durable de l'énergie, autant du point de vue technique, que social et économique.

D'ailleurs, vous entendrez dans quelques minutes M. Alain Webster, un expert de premier plan dans le domaine, vous entretenir des enjeux et possibilités reliés à la mise en application du protocole de Kyoto au Québec.

En terminant, je vous souhaite à toutes et tous une enrichissante journée, pleine de débats fructueux et de nouvelles connaissances. Et encore une fois, bravo à nos étudiantes et étudiants!