Allocution de monsieur Bruno-Marie Béchard,
recteur de l'Université de Sherbrooke,
à l'occasion du lancement de Novare, une organisation vouée au démarrage et au développement d'entreprises

29 septembre 2003

Monsieur le Maire,
Distingués convives de la table d'honneur,
Chers partenaires,
Mesdames, Messieurs,

Je veux d'abord rendre hommage au père du projet, monsieur Jean Nicolas, qui a imaginé cette alliance stratégique d'un nouveau genre entre le capital intellectuel, le capital financier et le capital entrepreneurial qu'est Novare. C'est grâce au travail formidable de monsieur Serge Racine et de son équipe que la vision de monsieur Nicolas est maintenant devenue réalité.

La création de Novare arrive au bon moment pour accélérer la contribution du développement qui émerge des deux universités sherbrookoises. C'est le chaînon qui manquait pour assurer leur rôle complémentaire et stimulant pour l'ensemble des intervenants en matière de création d'entreprises en région.

Nous innovons jusque dans la manière de rassembler les bonnes idées et de les faire cheminer du laboratoire au marché. Le fait de contrôler ensemble le développement des nouvelles entreprises de haute technologie maximise la création de nouveaux emplois de qualité dans la région.

Pour l'Université de Sherbrooke, Novare marque le troisième jalon d'une démarche structurée de valorisation de la recherche. L'Université met d'abord en place, en 1986, le Bureau de liaison entreprises-Université (BLEU) le plus performant au pays, avec déjà 20 «spin-offs» à son actif et 9 autres en préparation. Ensuite, en 2001, l'Université de Sherbrooke s'associe à McGill et Bishop's, avec nos centres hospitaliers affiliés, pour lancer la société en commandite MSBI, qui fournit le capital de risque nécessaire au démarrage d'entreprises issues de nos activités de recherche. Aujourd'hui, Novare vient systématiser ce processus en y greffant l'expertise des gens d'affaires et des agents économiques de la région de Sherbrooke. Ainsi, la boucle du développement met à contribution d'excellentes ressources à chaque étape.

Ce transfert des fruits de la recherche à l'industrie contribue directement à l'économie de la région et du pays. C'est devenu un devoir social qui s'est ajouté à notre responsabilité première de formation.

Étant donné notre mission fondamentale, nous voulions que la création d'entreprises de pointe se fasse non pas par l'Université comme telle, bien qu'elle soit capable de le faire, mais en concertation avec des partenaires de choix pour optimiser toute la chaîne de l'innovation, à partir du financement de la recherche et du développement, à l'étape du prédémarrage, en passant par le montage du plan d'affaires et l'accompagnement dans la phase du démarrage, jusqu'à l'hébergement de l'entreprise essaimée ainsi créée.

Dorénavant, Novare assurera la cohérence du système en fournissant des services communs aux nouvelles entreprises, qui garderont un lien organique avec nous pour que nos professeurs et nos étudiants de 2e et 3e cycles puissent continuer à y faire leurs travaux en partenariat avec celles-ci.

Novare vient donc compléter la chaîne dynamique extrêmement créative de l'Université de Sherbrooke : une université coopérative et collaborante, souple et flexible, qui fait de l'innovation son renouvellement et du partenariat sa pertinence.

Grâce à l'engagement des gens d'affaires, l'Université améliore l'encadrement et l'aide qu'elle offre à ses professeures et professeurs qui pourront former du personnel hautement qualifié dans les entreprises mêmes que leurs découvertes contribueront à créer.

Ainsi, l'Université de Sherbrooke se concentre sur ce qu'elle sait faire mieux que quiconque : la formation à la recherche, jusque dans les entreprises qui naissent de son génie propre, en concertation, ici-même en Estrie.

En d'autres termes, nous gardons nos activités de valorisation le plus près possible de la formation. À l'étape du prédémarrage, nous passons le relais à une organisation capable de mener le projet à terme. Mais, en même temps, l'Université est partie prenante de Novare dans son volet «capital», de sorte qu'une part des revenus engendrés par l'innovation lui sera retournée pour financer de nouvelles recherches.

Cette alliance révolutionnaire typiquement estrienne montre encore une fois que l'audace porte fruit. Elle renforce le lien historique de l'Université de Sherbrooke avec son milieu. Elle s'inscrit dans la foulée des rapprochements avec le maire et la Ville de Sherbrooke, les neuf institutions du Pôle universitaire de Sherbrooke ainsi que les gens d'affaires de la région. Vous savez, il n'y a pas de mondialisation qui vaille sans région qui se mobilise. Tous dans le même sens, osons ramer ensemble pour l'essor de notre communauté!

Bonne fin de soirée!