Allocution de monsieur Bruno-Marie Béchard,
recteur de l'Université de Sherbrooke,
à l'occasion de l'inauguration de la station de métro Longueuil–Université-de-Sherbrooke

26 septembre 2003

Mesdames, Messieurs,

Nous soulignons ce matin la nouvelle visibilité métropolitaine qu'acquiert aujourd'hui l'action de l'Université de Sherbrooke à Longueuil. De plus en plus, les Montréalais, les Lavallois et les Longueuillois réalisent combien il est avantageux de se développer comme véritables métropolitains, en ne se limitant pas à leurs villes respectives, mais plutôt en intégrant les forces des trois grandes villes qui forment le Montréal métropolitain. C'est exactement l'exemple que donne désormais la reconnaissance des cinq institutions universitaires solidement ancrées dans la métropole. Cet empan métropolitain plutôt que strictement montréalais projette sans aucun doute une vision porteuse d'avenir.

La grande métropole peut compter sur l'Université de Sherbrooke depuis quatre décennies pour appuyer son développement avec le dynamisme, l'innovation, l'audace et la complémentarité qui la caractérisent. Le nouveau nom de la station Longueuil–Université-de-Sherbrooke va permettre aux métropolitains d'en prendre davantage conscience, et fouetter l'Université de Sherbrooke pour y contribuer avec d'autant plus d'ardeur. Ainsi, les 10 000 personnes associées à notre Campus de Longueuil et nos facultés qui y dispensent toutes de l'enseignement et y effectuent de plus en plus de recherche, continueront de concourir avec détermination et originalité à l'essor du Montréal métropolitain.

Quelle richesse pour le Montréal métropolitain que de pouvoir miser sur le rayonnement de cinq institutions universitaires riches, variées et visibles pour assurer son positionnement concurrentiel sur l'échiquier mondial de notre société du savoir. C'est dans ce contexte que la Rive-Sud a voulu que l'Université de Sherbrooke, établie en Montérégie dès les années 60, dispose d'une station de métro à son nom, comme ses quatre consœurs fortement actives sur le territoire métropolitain (l'UQÀM, l'Université McGill, l'Université de Montréal et l'Université Concordia).

Au cours des quinze dernières années, l'Université de Sherbrooke a grandement développé ses activités à proximité de la station de métro de Longueuil. Cette présence croissante a enrichi au fil des ans le réseau des activités universitaires de la métropole et, du coup, stimulé la créativité interuniversitaire en offrant des programmes novateurs, exclusifs et complémentaires à ceux qui se donnent dans les établissements universitaires montréalais. À titre d'exemple, c'est ici à Longueuil, que nous avons développé et offert le premier programme de MBA en français au Monde.

Aussi, était-il capital que Longueuil affirme davantage son statut de ville universitaire au moyen d'une station de métro arborant le nom de l'institution avec laquelle elle a conclu une entente qui en fait « le principal partenaire universitaire » pour son développement.

L'appui unanime donné au projet de changement de nom par la Ville de Longueuil, la Chambre de commerce et d'industrie de la Rive-Sud, l'Hôpital Charles LeMoyne et le Réseau de transport de Longueuil montre combien ce changement reflète la volonté des élus qui représentent la population. J'en profite pour rendre hommage à tous les présidents et présidentes d'aujourd'hui et d'hier des sociétés qui ont tenu à ce que la Rive-Sud de Montréal et la Montérégie disposent d'activités universitaires correspondant aux besoins de cette région, auxquels l'Université de Sherbrooke a été la première à répondre positivement, avec le dévouement et la fidélité que l'on sait aujourd'hui.

Je vous assure que Longueuil et le Montréal métropolitain peuvent continuer de compter sur l'Université de Sherbrooke pour se tailler de plus en plus une place de choix dans la société du savoir!