Allocution de monsieur Bruno-Marie Béchard,
recteur de l'Université de Sherbrooke,
à l'occasion de la conférence de presse sur l'acquisition du fonds d'archives des Éditions de l'Hexagone

28 février 2003

Monsieur le donateur,
Mesdames, Messieurs,

Au nom de l'Université de Sherbrooke, je tiens à vous remercier, Monsieur Horic, pour la généreuse donation du fonds des Éditions de l'Hexagone, la plus ancienne maison de poésie québécoise, fondée en 1953. Cette documentation unique revêt une importance primordiale pour la connaissance de l'histoire de l'édition et de la littérature, ainsi que de l'univers du livre et de l'évolution du rapport entre l'écrivain et l'éditeur.

Je signale que le fondateur, le grand poète Gaston Miron, a été écrivain résident à l'Université de Sherbrooke en 1972. Cet homme d'action, « répandu comme une légende », nous a fait l'honneur d'animer un atelier de création et une série de rencontres de discussion.

Les Éditions de l'Hexagone sont le symbole par excellence du renouveau littéraire et intellectuel de la Révolution tranquille. Plus qu'une maison d'édition, l'Hexagone est considérée comme un esprit, un mouvement, une génération littéraire et une ouverture au monde.

Ce patrimoine national est complémentaire des autres fonds littéraires de l'Université de Sherbrooke, soit ceux de Anne Hébert, Jean-Charles Harvey et Émile-Charles Hamel, qui portent également sur la littérature contemporaine postérieure à la Seconde Guerre mondiale.

L'acquisition d'un fonds aussi prestigieux pour l'histoire littéraire est le fruit d'un partenariat développé, avec le concours du donateur, entre notre Bureau des archives et le Groupe de recherche sur l'édition littéraire au Québec (GRÉLQ) de la Faculté des lettres et sciences humaines.

Le GRÉLQ assure une formation aux études supérieures en histoire de l'édition depuis 1982. La création, l'année dernière, de la Chaire de recherche du Canada en histoire du livre et de l'édition de l'Université de Sherbrooke a confirmé son expertise et sa notoriété tant au Québec qu'à l'étranger. J'en félicite le titulaire, le professeur Jacques Michon.

Les archives de l'Hexagone serviront notamment aux travaux de la Chaire de recherche du Canada, dont l'équipe prépare actuellement les 2e et 3e tomes de l'Histoire de l'édition littéraire au Québec au XXe siècle. Les nouvelles données et retombées générées par ces archives bénéficieront également à un autre grand projet, celui de l'Histoire du livre et de l'imprimé au Canada, codirigé par des professeures et professeurs de sept universités, dont l'Université de Sherbrooke. Enfin, le fonds constituera une source essentielle pour les biographes de tous les écrivains et écrivaines qui ont été rattachés à l'Hexagone.

Les services d'archives et les bibliothèques correspondent en quelque sorte aux laboratoires dont le corps professoral et la population étudiante en sciences humaines ont besoin pour mener leurs activités d'enseignement et de recherche. L'avancement de la recherche en littérature et en édition littéraire – deux champs dans les lesquels notre institution excelle – repose donc largement sur les ressources documentaires disponibles.

En plus de son rôle de gardien de la mémoire documentaire de l'Université de Sherbrooke, un rôle souvent discret mais non moins actif, notre Bureau des archives a comme mandat d'acquérir des archives de provenance externe utilisables par la communauté universitaire à des fins d'enseignement et de recherche. L'acquisition du fonds de l'Hexagone que nous soulignons aujourd'hui vient justement enrichir l'importante collection d'archives littéraires conservées par l'Université de Sherbrooke et mis à la disposition des chercheuses et chercheurs.

De telles initiatives de soutien à la recherche s'inscrivent au cœur même des priorités de notre Plan d'action stratégique 2001-2005. Ce partenariat reflète la vitalité de la recherche en sciences humaines que l'Université de Sherbrooke entend continuer à soutenir et à développer.