Allocution de monsieur Bruno-Marie Béchard,
recteur de l'Université de Sherbrooke,
à l'occasion du colloque Biotechnologie, armes et humanité

28 octobre 2003

Distingués invitées et invités,
Chers étudiantes et étudiants,
Chères et chers collègues,
Mesdames, Messieurs,

Je tiens d'abord à remercier le Dr Robin Coupland et les experts invités, qui ont apporté des points de vue variés et complémentaires, ainsi que tous les partenaires qui ont contribué à assurer le succès de ce colloque.

Monsieur le Doyen, je veux aussi féliciter l'équipe de la Faculté de droit qui a réussi le tour de force d'organiser en deux mois seulement une manifestation multidisciplinaire si riche et si féconde. Je salue enfin la trentaine d'étudiantes et étudiants motivés qui ont gravité autour du professeur Sébastien Lebel-Grenier, directeur du programme de droit transnational, et de Me France Mainville, directrice du Centre de développement professionnel de la Faculté.

Voilà une initiative qui éclaire des pistes à suivre pour développer la biotechnologie au service de l'humanité, car la réussite scientifique, et encore plus sa pertinence, ne dépend pas que du savoir, mais aussi des valeurs, des attitudes et des comportements qui en balisent les applications.

En face de certaines utopies collectives qui ont tendance à engendrer des hécatombes, à l'université, nous avons la responsabilité de faire évoluer la conscience morale - personnelle et sociale - vers la promotion et la défense de la diversité culturelle pour édifier des droits aussi fondamentaux que la vie, l'éducation, le travail, la paix, la protection de l'environnement et le libre développement des peuples.

Déterminée à former des leaders conscients et responsables, l'Université de Sherbrooke est sensible à l'appel du Comité international de la Croix-Rouge. Dans ce sens, elle est disposée à appuyer ses efforts auprès de la communauté scientifique, des autorités politiques et militaires et de l'ensemble de la société, concernant les risques d'utilisation de la biotechnologie à des fins hostiles. Les chercheuses et chercheurs, en particulier, doivent se soucier des applications abusives possibles de leurs découvertes.

Le présent colloque multidisciplinaire s'inscrit dans la synergie que favorise l'Université de Sherbrooke en élaborant des programmes d'enseignement qui font l'interface entre différentes disciplines. À cet égard, il faut souligner l'ouverture exemplaire dont fait preuve la Faculté de droit, notamment par ses nouveaux programmes de droit transnational, de droit avec maîtrise en administration des affaires (MBA) et, bien sûr, de droit biotechnologique (droit et biologie).

Ce colloque illustre aussi la volonté de l'Université de Sherbrooke de donner une impulsion nouvelle à son engagement international. Nous voulons offrir une formation de très haut niveau qui, dans un contexte incontournable de mondialisation, initie nos étudiantes et étudiants aux dimensions internationales et interculturelles. Nous voulons les sensibiliser à la nécessité d'internationaliser nos approches dans le plus grand respect de la vie humaine et des cultures diverses qui, toutes, enrichissent l'humanité.

L'Université de Sherbrooke partage donc la volonté de la Croix-Rouge de réduire la menace que les agents biologiques destructeurs font peser sur la sécurité mondiale. Nous préconisons la voie de l'éducation ainsi que le renforcement des normes de protection au moyen du droit international humanitaire.

Je souhaite que ce colloque connaisse des lendemains chez les participantes et les participants, et qu'il débouche sur une collaboration continue de l'Université de Sherbrooke avec la Croix-Rouge canadienne et internationale. Cette collaboration pourrait notamment prendre la forme d'une participation au sein des programmes de la Faculté de droit, ainsi que de projets de recherche en lien avec les problématiques identifiées sur le terrain par la Croix-Rouge.

En somme, du point de vue universitaire, la biotechnologie, comme la science en général, doit servir au mieux-être de la société. À cet égard, la multidisciplinarité qui nous offre tant d'opportunités de progrès peut certainement agrandir notre prise de conscience des problèmes et ouvrir la voie aux solutions. Vous pouvez compter sur l'Université de Sherbrooke pour prendre ensemble des initiatives en ce sens.