Allocution de monsieur Bruno-Marie Béchard,
recteur de l'Université de Sherbrooke,
à l'occasion du cocktail de fin de campagne de la Fondation Hôpital Charles Lemoyne

3 novembre 2003

Messieurs les Présidents et Coprésidents,
Distingués invitées et invités,
Mesdames, Messieurs,

Le succès retentissant dévoilé aujourd'hui par la Fondation Hôpital Charles LeMoyne préfigure celui de la grande campagne concertée par l'Université de Sherbrooke et ses principales institutions de santé affiliées dont fait partie l'Hôpital Charles LeMoyne. Je tiens d'ailleurs à remercier la Fondation pour son implication dans cette «supercampagne» et sa contribution à l'essor de l'activité universitaire sur la Rive-Sud.

L'envergure de l'Hôpital, son rayonnement, sa situation géographique et son affiliation à l'Université de Sherbrooke en font non seulement l'un des plus grands centres hospitaliers, mais aussi un pôle d'enseignement et de recherche en pleine expansion. Déjà, la présence de notre corps professoral y a triplé depuis notre association en 1991, passant de 13 à 37 dans les différents domaines de la médecine et des sciences infirmières. Cette année, 275 étudiantes et étudiants de l'Université de Sherbrooke suivent une formation à l'Hôpital Charles LeMoyne.

Par ailleurs, les revenus du Centre de recherche de l'Hôpital en subventions et commandites ont déjà presque quadruplé en quatre ans, passant de 1 350 000 $ en 1998-1999 à près de cinq millions en 2002-2003. Quatre-vingt-dix personnes sont actuellement impliquées dans la réalisation de plus de 100 projets de recherche. Ainsi, le Centre de recherche intensifie son rôle en réadaptation, en santé au travail et en santé des populations. Son affiliation à l'Université de Sherbrooke lui permet d'accroître son apport au progrès social et économique de la Montérégie en y augmentant la qualité et l'accessibilité des soins, ce dont nous sommes tous très fiers.

Dans ce sens, nous avons franchi l'an dernier une nouvelle étape en unissant nos forces pour mener ensemble notre campagne majeure. Au moment de lancer la campagne ici à Longueuil en septembre 2002, l'Université, l'Hôpital et leurs fondations respectives se sont alliés avec Pratt & Whitney Canada et la Fondation J. Armand Bombardier pour créer la Chaire de recherche en réadaptation au travail. Cette première chaire universitaire à Charles LeMoyne, l'une des mieux dotées au pays à hauteur de près de deux millions de dollars, confère à l'Hôpital et au programme PRÉVICAP un rôle de premier plan dans l'avancement de la recherche en santé au Canada.

Alors que nous dévoilons ce soir l'atteinte de l'objectif de collecte de fonds pour Charles LeMoyne, j'ai voulu poser un geste concret afin de remercier tous les donateurs, donatrices et membres du cabinet de campagne pour leur générosité et leur dévouement. Je vous propose de le faire en ajoutant des infrastructures et des ressources dont la population a besoin pour faire de l'Hôpital Charles LeMoyne une pièce majeure du Campus de Longueuil de l'Université de Sherbrooke. Ainsi, je m'engage à ce que la supercampagne conjointe qui se déploie actuellement à l'échelle des cinq institutions partenaires dégage un million de dollars pour appuyer directement les activités universitaires à l'Hôpital Charles LeMoyne.

Grâce aux nouveaux espaces et aux nouvelles installations, il existe notamment un potentiel de création de nouvelles chaires de recherche universitaire dans des domaines comme l'oncologie, la traumatologie, les maladies cardiovasculaires ou la recherche évaluative et organisationnelle, qui constituent de grandes lignes de force de Charles LeMoyne.

L'Hôpital peut donc compter sur l'Université de Sherbrooke et s'appuyer sur son statut de centre hospitalier affilié pour se développer à la mesure de la grande région qu'il dessert. D'ailleurs, ce sera l'un des objectifs prioritaires du prochain doyen de la Faculté de médecine, le Dr Réjean Hébert, qui entrera en fonction le 1er janvier prochain.

Le développement de l'Hôpital Charles LeMoyne tient à cœur à l'Université de Sherbrooke. Ensemble, osons en faire un fleuron universitaire des plus enviés!