Allocution de monsieur Bruno-Marie Béchard,
recteur de l'Université de Sherbrooke,
à l'occasion d'une cérémonie de reconnaissance posthume en l'honneur de la professeure Denise Paul

10 avril 2003

Monsieur le Doyen,
Parents et amis de Madame Paul,
Distingués invitées et invités,
Chères et chers collègues,
Mesdames, Messieurs,

Je salue en Madame Denise Paul, dont nous honorons la mémoire cet après-midi, l'amoureuse de l'école et l'innovatrice passionnée, qui a donné le meilleur d'elle-même au Département de sciences infirmières pendant plus de 20 ans.

Première à détenir un doctorat au Département de sciences infirmières, elle y a incarné un modèle pour l'apprentissage de l'entretien thérapeutique et de la relation d'aide, et elle y a stimulé le développement de la recherche et des études supérieures.

Sa ténacité et son habileté ont permis que les professeures du Département puissent encadrer des étudiantes et étudiants dans les programmes de maîtrise et de doctorat en sciences cliniques de la Faculté de médecine. Son travail inlassable a débouché sur l'obtention d'un volet en sciences infirmières à l'intérieur des programmes d'études avancées de la Faculté. Sa participation à de nombreux projets de recherche, à titre de chercheuse principale ou de cochercheuse, a contribué de manière significative au développement du savoir propre à la discipline, spécialement dans le domaine des soins à la famille et de l'intervention infirmière.

Aujourd'hui encore, même en son absence, la professeure Paul innove et aide la relève, en rendant possible la création d'un fonds de bourses à l'intention des étudiantes et étudiants de deuxième et troisième cycles en sciences infirmières.

Son don de 60 000 $ à la Fondation de l'Université de Sherbrooke témoigne du grand intérêt qu'elle portait à notre communauté étudiante ainsi qu'à l'avancement de notre institution. Elle a couronné ainsi 30 ans de carrière universitaire, dont 23 à notre Faculté de médecine, avec l'intarissable passion qui a toujours animé son enseignement en sciences infirmières et en sciences cliniques.

L'Université lui est également reconnaissante pour son approche familiale, son apport à la promotion de la santé mentale, sa participation à la création du CLSC universitaire, ainsi que sa contribution au développement de la profession d'infirmière et au rayonnement de l'Université de Sherbrooke au-delà des frontières du Québec.

Grâce à ses monographies, à ses documents audiovisuels et à ses nombreux articles, les infirmières et infirmiers francophones ont accès à sa pensée inspirante.

Son dernier article dans la revue L'Infirmière du Québec : « Partenaires dans la discussion comme dans l'action », met en évidence son combat pour la reconnaissance de la contribution de sa profession, sur le terrain, en santé communautaire.

Ses collègues appréciaient particulièrement sa sagacité, sa persévérance, ses talents de rassembleuse et de communicatrice, ainsi que son immense respect de l'autre et sa capacité d'entrer en relation.

En un mot, sa carrière remarquable fait honneur tant à sa profession qu'à notre institution.

Le Fonds Denise Paul en sciences infirmières soutiendra non seulement la poursuite des études avancées chez des jeunes qui promettent, mais encore il assurera la continuité et la pérennité de son œuvre.

Ainsi, grâce à son généreux don, la professeure Paul continue de prendre soin des étudiantes et étudiants qu'elle aimait tant. En leur nom et au nom de l'institution, à travers vous, je lui dis merci.