Allocution de monsieur Bruno-Marie Béchard,
recteur de l'Université de Sherbrooke, 
à la soirée hommage de l'ADDUS
en l'honneur de monsieur Richard Lecours,
directeur général de la Commission scolaire du Val-des-Cerfs

18 octobre 2001

Monsieur le Directeur général de la Commission scolaire,
Distingués invités et invitées,
Chers diplômés et diplômées,

Je tiens à remercier les membres du Comité régional des diplômés de Shefford-Brome-Missisquoi pour l'invitation à participer à cette soirée en l'honneur de monsieur Richard Lecours. C'est avec grand plaisir que je m'associe aux diplômés la région pour rendre hommage à un quadruple diplômé de la Faculté d'éducation qui a franchi tous les échelons et connu toutes les étapes de l'enseignement en 33 ans de carrière. M. Lecours s'est illustré dans son milieu social et dans son domaine professionnel par son leadership, son dynamisme et sa capacité à gérer les changements dans le respect des personnes et des organisations. Nous pouvons le considérer à juste titre comme un bâtisseur de notre système d'éducation.

Votre groupe particulièrement dynamique sera heureux d'apprendre que l'Université de Sherbrooke a le vent dans les voiles et qu'elle se renouvelle en se collant à la réalité. Le monde change constamment, mais ce qui demeure, c'est notre écoute des besoins des milieux que nous desservons. Tout en continuant d'allier la théorie et la pratique, et de placer nos étudiantes et nos étudiants au centre de nos préoccupations, nous avons l'expérience de l'innovation et l'audace de la jeunesse. C'est ainsi, par exemple, que nous avons adapté le régime coopératif du 1er cycle aux 2e et 3e cycles sous la forme du régime de partenariat pour études de maîtrise et de doctorat en milieu de travail.

Poursuivant sur la lancée que vous avez connue, l'Université de Sherbrooke possède désormais le potentiel et l'opportunité de se hisser parmi les institutions universitaires de classe mondiale. Après avoir maintenu notre taux d'endettement parmi les plus bas durant les années difficiles, nous nous retrouvons aujourd'hui en excellente posture : nous sommes la seule grande université québécoise à ne pas être endettée ! En conséquence, le réinvestissement des gouvernements est injecté directement dans la recherche et l'enseignement. Mieux encore, notre communauté universitaire a identifié les créneaux de recherche et d'enseignement où cet argent sera stratégiquement le mieux utilisé. 

Les secteurs d'excellence et en émergence se trouvent en sciences et en génie (béton, plasmas, acoustique, etc.), en sciences de la santé (pharmacologie, ribonucléoprotéique, gérontologie/gériatrie, systèmes immunitaires, etc.) ainsi qu'en sciences humaines et sociales (télédétection, édition littéraire, éducation et travail, inadaptation sociale de l'enfance, gestion du développement local, etc.).

La conjecture n'a jamais été aussi favorable grâce au réinvestissement dans ces domaines de développement prometteurs, combiné avec la concertation municipale qui sera facilitée par la création de la ville nouvelle de Sherbrooke. 

Déjà, dans le domaine de la valorisation commerciale des résultats de recherche, l'Université de Sherbrooke détient le meilleur rendement canadien et l'un des meilleurs au monde en ce qui concerne les redevances provenant de l'exploitation de licences et de brevets. Le potentiel de cette activité est énorme. Dans cette perspective, nous avons créé plusieurs nouvelles co-entreprises qui associent les chercheurs, l'Université et le capital de risque en vue d'exploiter les découvertes réalisées dans nos laboratoires. Nous signons 250 contrats de partenariat par année avec l'entreprise privée, soit un contrat par jour ouvrable! Nous venons de nous associer avec l'Université McGill, l'Université Bishop's et diverses institutions, dont des centres hospitaliers, pour créer une société en commandite pour la fourniture de capital de très haut risque qui servira à financer de nouvelles entreprises en région.

À titre d'illustration de notre reconnaissance mondiale, saviez-vous que nous offrons de la formation dans des pays comme la Suisse, le Maroc, la France, le Brésil et la Colombie? Par ailleurs, je suis particulièrement fier de vous annoncer que la Faculté de médecine a été choisie pour devenir sous peu l'un des 15 centres collaborateurs de l'Organisation mondiale de la santé : c'est la seule à être ainsi désignée au Canada et la seule en français dans le monde. Ses diplômés décrochent d'ailleurs les premières places à l'examen pour le droit de pratique de la médecine au Canada. 

Nous avons déjà commencé à réaliser notre plan stratégique de recherche et d'enseignement grâce au réinvestissement universitaire. Ce redéploiement de la recherche et de l'enseignement est sans doute l'opération stratégique la plus importante de notre histoire. Notre plan de match, qui fait l'envie de nos consœurs, prévoit l'embauche, d'ici 2004, de 600 personnes, dont plus de 300 nouveaux professeurs sur la base des créneaux d'excellence sélectionnés. Déjà, au cours des douze derniers mois, nous avons procédé à 191 embauches. Le véritable défi devient maintenant un défi humain, celui de recruter en peu de temps un nombre très important de nouveaux membres du corps professoral, à un niveau de qualité qui est désormais dicté par les règles exigeantes du système universitaire mondial. 

Pour atteindre ses objectifs de performance, l'Université de Sherbrooke s'est dotée également d'un plan directeur en vue d'adapter son parc immobilier aux nouvelles exigences de l'enseignement et de la recherche ainsi qu'à l'augmentation de son personnel professoral, professionnel et technique. L'ajout et le réaménagement d'espaces à vocation académique nécessiteront des investissements de l'ordre de 40 millions de dollars d'ici la rentrée universitaire 2003, en plus des 23 millions nécessaires au maintien adéquat de notre parc immobilier.

Dans la vie des organisations, les périodes de remise en question sont souvent les plus fécondes en termes de créativité. Nos efforts de recrutement ont porté fruit, car nous avons réussi, cette année, à maintenir nos effectifs en dépit de la dénatalité. Les nouveaux programmes que nous offrons devraient lancer l'Université de Sherbrooke vers une nouvelle période de croissance, surtout en qualité.

Parmi les indicateurs de performance, les succès étudiants constituent une mesure intéressante du dynamisme universitaire et de la qualité de la formation. À cet égard, les projets étudiants de l'Université de Sherbrooke se sont illustrés de façon magistrale au Gala Forces Avenir, la semaine dernière, en raflant plus du quart des 115 000 $ remis en bourses au cours de la soirée. Organisé par une corporation indépendante, le Gala Forces Avenir récompense l'engagement social des étudiantes et des étudiants de l'ensemble des universités québécoises. À cette occasion, l'Université de Sherbrooke s'est démarquée avec quatre projets collectifs et deux candidats individuels qui sont repartis avec des bourses et des prix importants.

Nos diplômés se distinguent aussi, bien sûr, dans toutes les sphères de la société. Par exemple, c'est un diplômé de la Faculté d'administration, M. Normand Legault, qui vient d'être proclamé Personnalité de l'année au Gala Excellence La Presse-Radio-Canada. Le lauréat est le grand patron du Grand Prix de Montréal de Formule 1, l'événement le plus couru de l'été dans la métropole.

Ces quelques faits prouvent le dynamisme qui anime l'Université de Sherbrooke et ce, dans toutes les facultés et tous les programmes d'études. Autant d'exemples qui font en sorte, Monsieur Lecours, que vous avez aujourd'hui, plus que jamais, toutes les raisons d'être fier de votre Alma Mater, comme vous toutes et tous réunis ici ce soir.

L'Université de Sherbrooke a consacré près d'un demi-siècle à la formation de diplômés qui se sont démarqués non seulement dans l'exercice de leur activité professionnelle, mais également par leur engagement au service de leur communauté. Le directeur général de la Commission scolaire du Val-des-Cerfs incarne ce modèle du diplômé compétent et engagé qui fait la fierté et la réputation de l'Université de Sherbrooke. Au nom de la communauté universitaire, en mon nom personnel et en votre nom à tous, je tiens à lui rendre un hommage bien mérité et à lui souhaiter tout le succès qui lui revient dans l'exercice des responsabilités qu'il continue d'assumer pour le bien-être de ses concitoyennes et concitoyens. Bonne soirée!