Christian Beaulieu

Une « crise de nerfs » atypique

Dr Christian Beaulieu, M.D., R-III, Jean Chénard, M.D.

Le syndrome de Guillain-Barré (SGB) est la cause la plus fréquente de paralysie flasque à survenir chez les enfants en bonne santé. Il se présente le plus souvent par une faiblesse symétrique des membres associée à des paresthésies qui surviennent une à quatre semaines après une infection des voies respiratoires ou du tractus gastro-intestinal. Le SGB est maintenant considéré comme un syndrome hétérogène avec plusieurs variantes dont la forme démyélinisante qui est la plus commune, les différentes formes axonales, le syndrome de Miller-Fisher et la polyneurite cranialis.

Le diagnostique s’appuie traditionnellement sur la présentation clinique, les études électrophysiologiques démontrant un ralentissement de la vitesse de conduction nerveuse et une ponction lombaire qui montre une dissociation albumino-cytologique dans le liquide céphalo-rachidien.

Nous présenterons le cas d’un jeune garçon de 6 ans où l’imagerie par résonnance magnétique (IRM) a joué un rôle prépondérant dans la détermination du diagnostique. Nous ferons une revue des trouvailles radiologiques susceptibles d’être retrouvées à l’IRM dans le SGB. Enfin, nous aborderons  les diagnostiques différentiels à prendre en considération.

Danny Bélanger

Présentation atypique de dysphagia lusoria: une nouvelle folie de la nature

Danny Bélanger, M.D., R-III, Gérard R. Schmutz, M.D.

La dysphagia lusoria est une cause rare de dysphagie causée par la compression de l'œsophage par une artère sous-clavière aberrante (arteria lusoria). Lorsque présente, l'arteria lusoria est rarement symptomatique. Nous présentons un cas atypique où le blocage d’un volumineux aliment au sein d’un rétrécissement de la lumière œsophagienne causée par une arteria lusoria a provoqué une rupture transmurale de l'œsophage proximal. À notre connaissance, ce cas serait le premier décrit d'une arteria lusoria non-anévrismale associée à une perforation œsophagienne. Avec cette présentation, nous discuterons de l'anatomie et de la prise en charge, pour le diagnostic et le traitement. Nous ferons un bref survol de la dysphagia lusoria ainsi que des causes de perforation œsophagienne.

Annie Bernard

Analyse comparative entre la valeur diagnostique de l'angio-tomodensitométrie multi-détecteurs et celle de l’artériographie trans-cathéter pour l'évaluation des hémorragies digestives aiguës.

Annie Bernard, M.D., R-IV, Andrew Benko, M.D., Gérard Schmutz, M.D.

L’artériographie trans-cathéter est une technique invasive utilisée dans le diagnostic et le traitement des hémorragies digestives. Par contre, sa sensibilité est faible et elle s’avère souvent négative même chez un patient qui continue à saigner.

Depuis décembre 2010, un nouvel appareil de tomodensitométrie de 320 détecteurs est disponible au CHUS. La littérature récente appuie l’utilisation de l’angio-TDM abdomino-pelvienne comme méthode d’imagerie initiale dans l’investigation des hémorragies digestives hautes ou basses de présentation aiguë et massive, chez tous les patients référés pour l’artériographie trans-cathéter.

Notre projet vise à faire l’analyse scientifique des résultats du nouvel algorithme d’imagerie  adopté récemment par le département d’angio-intervention du CHUS dans le diagnostic des hémorragies digestives aiguës. Ainsi, nous tenterons de répondre aux questions de recherche suivantes:

  •  Est-ce que l’angio-TDM abdomino-pelvienne a une valeur diagnostique non inférieure à l’artériographie trans-cathéter pour la détection et la localisation des hémorragies digestives aiguës? Peut-elle prédire que le saignement est actif et détectable par l’angiographie diagnostique?
  •  L’absence de saignement actif à l’angio-TDM peut-elle prédire une artériographie trans-cathéter négative?

Mathieu Blanc

Note technique sur une méthode d’inversion de ponction rétrograde en antégrade pour les angioplasties infra-inguinales

Mathieur Blanc, M.D., R-II, Andrew Benko, M.D.

L’inversion de ponction fémorale rétrograde en antégrade pour les angioplasties infra-inguinales est une méthode qui présente plusieurs avantages, particulièrement chez les obèses. Elle demeure cependant peu utilisée malgré qu’elle soit sécuritaire et facile à apprendre.

Cette méthode fut décrite pour la première fois en 1980 par Kadir et al., mais a depuis fait l’objet de peu de modifications. Au cours de ses années au CHUS, le Dr. Andrew Benko a adapté cette méthode à sa pratique et y a apporté des améliorations techniques substantielles. Ces dernières feront l’objet d’une note technique qui, adjoint à une étude descriptive prospective sur une trentaine de patients, permettront de définir les paramètres techniques de cette intervention ainsi que les complications associées.

Sylvain Caron

La TEP au 18F-fluoroethyl-tyrosine dans l’évaluation de la réponse de tumeur gliale de haut grade au traitement par chimiothérapie intra-artérielle : étude pilote

Sylvain Caron, M.D., R-III,  Médecine nucléaire, Nancy Paquet, M.D.

Les tumeurs cérébrales primaires malignes de haut grade sont souvent réfractaires au traitement conventionnel (résection chirurgicale, radiothérapie et chimiothérapie).  La barrière hémato-encéphalique diminue particulièrement l’efficacité de la chimiothérapie conventionnelle. Une des stratégies pour augmenter l’exposition d’agents chimiothérapeutiques aux cellules tumorales cérébrales est l’ouverture osmotique transitoire de la barrière hémato-encéphalique (BHE). Il s’agit d’une méthode innovatrice utilisée par l’équipe de neuro-oncologie de l’Université de Sherbrooke.

Ce traitement est invasif et d’une efficacité variable. De plus, la surveillance de l’effet thérapeutique par IRM est rendue difficile en raison des importantes perturbations induites par les traitements antérieurs. Pour ces raisons, une méthode d’évaluation de la réponse au traitement est souhaitable. La TEP utilisant des acides aminés radiomarqués, dont le 18F-fluoroethyl-tyrosine (18F -FET), est un examen prometteur l’évaluation des tumeurs cérébrales primaires. Le but de cette étude descriptive est d’évaluer si la variation de la captation tumorale de 18F-FET à la TEP, chez des patients atteints d’une tumeur gliale de haut grade en cours de traitement par chimiothérapie intra-artérielle permet de prédire une réponse favorable à la thérapie.

Sophie Couture

Évaluation de l’évolution des micronodules pulmonaires chez les patients adultes sans antécédent néoplasique lors des suivis recommandés par la société Fleischner

Sophie Couture, M.D., R-IV, François R. Plante M.D.

Objectifs:

  • Démontrer la stabilité ou la résolution de micronodules pulmonaires entre 4 et 8 mm découverts de façon fortuite lors d’imagerie par tomodensitométrie axiale pour une autre indication clinique chez les sujets adultes sans néoplasie connue.
  • Évaluation de la variation inter-observateur sur la mesure de la taille de micronodules pulmonaires.

Matériels et Méthodologie :

Étude rétrospective avec révision de dossiers de 212 patients ayant eu un suivi pour micronodule pulmonaire découvert de façon fortuite en 2007.

Caroline Lacroix

Connaître les anomalies d’implantation de la coronaire gauche

Caroline Lacroix, M.D., R-II, Christian Blais, M.D., Yves Provost, M.D.

Parmi les anomalies anatomiques des coronaires qui sont retrouvées chez près de 2% des individus, environ 9 sur 10 représentent des origines anormales. Certaines peuvent s’avérer fatales, notamment chez les jeunes gens actifs.

Le coro-scanner (synchronisé à l’ECG) est l’examen de choix pour l’évaluation de ces variations anatomiques. Mais avec les améliorations technologiques récentes, la TDM multicoupes peut parfois offrir une occasion de les détecter.

Il est primordial que le radiologiste soit sensibilisé à l’anatomie de l’implantation coronarienne, à la détection des anomalies les plus fréquentes et à leur implication clinique pour le patient.

Cédrik Lajoie

Cédrik Lajoie, M.D., R-II, Méd. Nucléaire

Présentation d’un cas de tumeur neuroendocrine bien différenciée, chez une femme de 59 ans, découverte fortuitement suite à une tomodensitométrie abdominale, et pour laquelle l’investigation et le suivi ont été effectués à l’aide de scintigraphies à l’octréotide.

Les éléments cliniques et épidémiologiques pertinents de cette pathologie seront revus.  Les trouvailles scintigraphiques de l’octréoscan de même qu’un survol des caractéristiques tomodensitométriques seront présentés afin de définir leur importance et leur répercussion clinique.

Catherine Lalonde

Évaluation des endoprothèses SETA pour le traitement des anévrismes de l’aorte abdominale avec collet infra-rénal à risque

Catherine Lalonde, M.D., R-V, The-Bao Bui, M.D.

Le traitement endovasculaire des anévrismes de l’aorte abdominale (AAA) avec collet infra-rénal à risque (fortement angulé, court ou conique) présente des risques augmentés de fuite péri-prosthétiqueaigue. L’endoprothèse SETA qui se déploie par ballon permet une meilleure adhérence entre la prothèse et la paroi, ce qui améliore le succès du traitement des AAA avec collet infra-rénal à risque.

Au CHUS, 24 patients ont été traités avec cette prothèse, sans présenter de fuite de type 1 lors de l’installation, ni au suivi, confirmant qu’il s’agit d’une avenue prometteuse dans le traitement de ces anévrismes.

Marie-Pier Langis

Embolisation de fibromes utérins : revue des cas traités au CHUS

Marie-Pier Langis, M.D., RIII, Andrew J. Benko, M.D.

Les fibromes utérins constituent les tumeurs bénignes les plus communes chez la femme.  L’embolisation est devenue une intervention de première ligne approuvée et offre une alternative à l’hystérectomie et la myomectomie.  Cette technique, pratiquée par les radiologistes d’intervention, consiste à occlure les artères utérines afin d’éradiquer l’apport sanguin à la tumeur.  Au CHUS, environ 43 patientes ont pu bénéficier de ce traitement dans les dernières années.  Voici donc un portrait de ces cas et comparaison avec les données de la littérature.

Patrick Larochelle

Douleur cervicale et polyarthrite rhumatoïde : un cas surprenant.

Patrick Larochelle, M.D., R-II, Lucie Brazeau, M.D.

Présentation du cas d'un patient de soixante-douze ans, connu pour polyarthrite rhumatoïde traitée avec méthotrexate et ischémie cérébrale transitoire, présentant une douleur cervicale associée à des paresthésies des membres supérieurs d'apparition récente. Nous décrirons d'abord la découverte inopinée d'une masse cervicale dans le cadre de l'investigation radiologique. Nous discuterons de la sémiologie et du diagnostic différentiel radiologique de cette lésion, de même que du diagnostic pathologique final. Nous traiterons finalement de l'association entre syndromes myéloprolifératifs, pathologies auto-immunes et immuno-suppresseurs, en lien avec le cas présenté.

Olga Leclerc

Quand l'amour frappe…droit au coeur! 

Olga Leclerc, M.D., R-V, Jean-Sébastien Trudel, M.D., Georges-L.-Dumont,M.D.

Présentation d'un cas classique, à l'imagerie du syndrome de Takotsubo. Revue de la littérature concernant ses présentations radiologiques sous différentes modalités ainsi qu'un bref diagnostic différentiel.

Marc-André Levasseur

Rubidium 82 : À la rescousse du MIBI!

Marc-André Levasseur, M.D., R II, Méd. Nucléaire,  Khun Visith Keu, M.D.

La maladie coronarienne continue d’être une cause majeure de mortalité à travers le monde. Les techniques non-invasives d’évaluation de la perfusion myocardique sont devenues des outils indispensables pour identifier les patients atteints de maladie coronarienne et pour prédire leur risque d’événements cardiovasculaires.

Actuellement, l’imagerie de perfusion myocardique utilisant la modalité SPECT occupe une place importante de l’évaluation. L’imagerie cardiaque utilisant la tomographie par émission de positrons (TEP) a démontré une utilité clinique il y a 20 ans. Malheureusement, dû à la faible disponibilité et au coût élevé de cette technologie, son utilisation en cardiologie fut reléguée au second plan. Avec l’amélioration de l’accessibilité aux systèmes TEP/TDM, particulièrement dans le domaine oncologique, l’imagerie cardiaque par TEP a pris un essor considérable dans les dernières années. Un des radiopharmaceutiques de perfusion myocardique TEP est le Rubidium-82, un produit du générateur 82Sr/82Rb. 

La présentation portera sur les principales caractéristiques, le protocole d’imagerie, les applications cliniques ainsi que les avantages et les inconvénients du Rubidium-82. Quelques exemples seront présentés provenant du centre d’imagerie (CIMS).

Vanessa Magluilo

Artefact de scintillement: nature et utilité clinique

Vanessa Magluilo, M.D., RII, Christian Blais, M.D., Martin Lepage, Ph.D.

Décrit pour la première fois en 1996, l’artefact de scintillement, ou «twinkle», consiste en une mosaïque de couleurs rapidement changeantes se formant derrière une interface fortement réfléchissante. Cet artefact Doppler s’avère utile à la détection et au diagnostic de certaines pathologies. À l’aide de la littérature récente, nous reverrons les principes physiques à son origine, puis les applications cliniques possibles.

Mikaël Mongeon

Étude prospective sur l’utilisation de la TDM perfusion dans un contexte d’AVC ischémique pour l’évaluation de territoires vasculaires en pénombre vs en ischémie irréversible.

Mikael Mongeon, M.D., R-III, Jean Chénard, M.D.

L’accident vasculaire cérébral ischémique est la 3e cause de mortalité au Canada et plus de 300 000 patients souffrent de séquelles permanentes.  Or, les développements médicaux et radiologiques des dernières années tentent de pallier à ce fléau afin d’améliorer la gestion de cette affection médicale majeure.

Depuis l’avènement de la thrombolyse, une rigueur radiologique s’est avérée nécessaire afin de déterminer la population pouvant bénéficier de ce traitement. De par son accessibilité et sa rapidité d’exécution, la TDM cérébrale est utilisée en 1ère instance, suivie d’une IRM cérébrale dans les jours suivants. L’accès à l’IRM étant souvent  restreint, un autre mode d’imagerie apte à évaluer rapidement les territoires vasculaires ischémiques irrécupérables vs en pénombre permettrait de déterminer quels patients orienter vers la thrombolyse.

Ce projet de recherche vise à vérifier la capacité de la TDM de perfusion sur notre appareil de 320 détecteurs à déterminer la zone d’ischémie irréversible par rapport à la pénombre chez des patients se présentant après le délai de 4h30 utilisé pour la thrombolyse intraveineuse ou avec un AVC du réveil.

Sébastien Morissette

 Le iRad, le chaînon manquant entre la connaissance et l’expérience?

Sébastien Morissette, M.D., R-IV, François Belzile, M.D., Christian Iorio, étudiant en médecine, Patrick Hamel, ingénieur

La radiologie est une science vaste qui nécessite une multitude connaissances cliniques, anatomiques, pathophysiologiques et physiques.

Malgré le savoir grandissant durant la formation médicale, il persiste  un pont entre les données livresques et la vraie vie : l’expérience.

Cette présentation a pour but de vous faire découvrir un nouvel outil d’apprentissage interactif qui rapproche davantage l’étude à la réalité.

Effort de plusieurs heures de travail et de collaboration, ce nouveau produit est  destiné aux personnes désirant une formation de base en radiologie diagnostique. Il combine le savoir et le savoir-faire grâce à la technologie du XXIe siècle.

L’aire du livre de référence serait-elle révolue? 

Ou à tout le moins, son rôle est-il appelé à changer?

Maxime Noël-Lamy

Complication inusitée d’une pancréatite aiguë récidivante.

Maxime Noël-Lamy, M.D., R-II, Gérard R. Schmutz, M.D.

Présentation d’un cas de pancréatite aigue récidivante compliquée d’ un pseudo-kyste s’étendant dans le  médiastin et comprimant l’œsophage, investigué par TDM et par IRM. Description des complications des pancréatites aigues récidivantes avec un accent sur les pseudo-kystes et notamment leur localisation médiastinale. Description de l’anatomie de la bourse omentale et de sa relation avec la cavité péritonéale et le médiastin et de ses modalités d’imagerie.

Sopheap Ou

Sophea Ou, M.D., R-IV

Au CHUS, une moyenne de 60 prothèses endo-aortiques sont posé chaque années. Les patients ont une moyenne d'âge d'environ 70 ans et au moins 40% d'entre eux ont une insuffisance rénale. Le suivie est réalisé par des angioscan et des tomodensitométries (tdm) sans contraste au moins annuellement tout dépendant de chaque cas.

Nous présentons un projet pilote qui consiste à évaluer l'apport et la faisabilité  du suivie de ces endoprothèses avec l'échographie avec contraste (CEUS) comparativement à la méthode actuelle, par angioscan. Le but ultime de cette étude est de diminuer la dose de radiation donnée aux patients et d'apporter une modalité alternative dans les cas d'insuffisance rénale. Une réévaluation du protocole de suivie comprenant l'élaboration de tdm à basse dose est inclus dans ce projet.

Brigitte Roy

Évaluer la corrélation entre le taux d’émission de radioactivité d’un échantillon prélevé par BTT après injection de FDG intraveineux, mesuré par un puits compteur de radioactivité, et la quantité de matériel pathologique permettant un diagnostic histologique.

Brigitte Roy, M.D., R-V,

Étude prospective au sujet des patients présentant une lésion pulmonaire hautement suspecte de malignité au TEP-CT, et nécessitant une biopsie trans-thoracique.  Suite à une injection IV d’une faible dose de 18F-FDG, la biopsie a par la suite été réalisée selon la procédure habituelle.  Chaque échantillon prélevé a été identifié selon l’ordre de prélèvement et acheminé en médecine nucléaire pour recueillir sa valeur numérique de radioactivité dans un puits compteur de radioactivité.  Les échantillons ont été analysés par un pathologiste pour le diagnostic histologique, puis révisés en aveugle par un second pathologiste.

Résultats :  

Les analyses ont porté sur quatre-vingt-dix-huit échantillons prélevés sur 34 patients.  Des seuils de positivité et de négativité, exprimés en unité de radioactivité corrigée nette (U0), ont été déterminés, avec une zone grise.  Avec un seuil de négativité fixé à 150 U0, la VPN est de 89%, et avec un seuil de positivité fixé à 500 U0, la VPP est de 98%.   La zone grise comprenant les données présentant une valeur de radioactivité entre 150 et 500 U0, comprend environ 50% des données.

Cette méthode permet d’identifier les prélèvements  histologiques diagnostiques issus d’une BTT avec une excellente VPP pour un seuil de radio-activité à 500 U0, et les prélèvements non-diagnostiques avec une bonne VPN pour un seuil à 150 U0.  Toutefois, seulement la moitié des échantillons sont catégorisés avec ces valeurs de seuil.

Neda Tehranipour

Exploration échographique doppler comparative des voies veineuses extra-crâniennes  de 65 patients avec sclérose en plaques vs 65 contrôles sains jumelés.

Neda Tehranipour, M.D., R-IV
 

Ce projet s’inscrit dans le cadre de la controverse scientifique liée à la publication récente d’un article du Dr Zamboni.

En effet, le Dr Zamboni suggère que le développement de la sclérose en plaques est en relation, entre autre, avec une insuffisance veineuse au niveau des veines jugulaires internes et vertébrales.

La sclérose en plaques, qui est une maladie chronique et handicapante du système nerveux central,  touche en particulier les jeunes adultes.
Nous nous proposons donc d’évaluer de façon prospective 65 sujets atteints de sclérose en plaques et 65 contrôles.

Nous comparerons donc l’évaluation doppler des deux groupes afin de comparer nos résultats à ceux de la littérature.