La Faculté des sciences

Issue d'une des meilleures écoles sherbrookoises

La création de la Faculté des sciences est intimement liée à l'École supérieure de Sherbrooke. Cette dernière offrait des cours préuniversitaires depuis 1945. Elle dispensait aussi des cours universitaires de 1re année de génie.

Les cours de génie de l'Université s'inspirent de ceux de l'École supérieure. En 1954, 118 étudiants s'inscrivent en génie dans des classes préuniversitaires, de 1re année ou de 2e année. Gaétan Côté devient le directeur des études et Jacques Lemieux, assistant-directeur.

Au même moment, la Faculté des sciences fonde l'École des sciences expérimentales. Le directeur est Ernest Mercier de la Ferme expérimentale de Lennoxville. L'abbé Gilles Véronneau le seconde et le frère Léo agit à titre de secrétaire. À l'automne 1954, l'École des sciences expérimentales offre les deux premières années d'un baccalauréat offert à l'Université de Montréal (B. Sc.).

Ces deux écoles appartiennent à la Faculté des sciences, dont le doyen est Armand Crépeau, Denis Tremblay, vice-doyen et Paul Gilmore, secrétaire. Jusqu'en 1959 , la faculté ne connaît pas seulement une croissance du nombre d'étudiants, mais également une augmentation significative de son déficit.

Place au développement

En 1954, la Commission scolaire de Sherbrooke loue des locaux de l'École supérieure (rue King) à l'Université de Sherbrooke où les professeurs de la Faculté des sciences donnent leurs cours. En 1957, la faculté est la première à emménager sur le Campus principal. La réorganisation de 1957 crée des conflits entre les Sciences pures et les Sciences appliquées.

Pour s'établir une réputation d'excellence, la Faculté des sciences demande des conditions d'admission plus sévères en 1960. Dès 1965, la faculté offre une maîtrise en chimie et en biologie. L'année suivante, elle instaure un programme de doctorat.

La Faculté des sciences souligne la période 1959-1968 en créant un nouveau programme de sciences pures qui dure 4 ans et qui permet d'obtenir un baccalauréat ès sciences avec option en mathématiques, en chimie, en physique ou en biologie. Durant la première année, les étudiants en sciences appliquées et sciences pures suivent les mêmes cours. Cette structure permet une meilleure utilisation des salles de classe, évite aux professeur de travailler deux fois et offre aux étudiants la possibilité d'orienter leur carrière.

En 1966, la Faculté des sciences implante le régime coopératif en sciences appliquées avec l'appui du ministère de l'Éducation. Ce nouveau programme ouvre les portes au projet de construction d'un pavillon pour les départements de sciences appliquées. En 1967, la Faculté des sciences est divisée en deux: la Faculté des sciences pures et la Faculté des sciences appliquées.

À partir de 1968, la Facultés des sciences instaure des programmes interfacultaires, tels économique-mathématiques et sciences biogéographiques, ainsi que des programmes d'études supérieures.

La recherche à la faculté prend de l'ampleur. En 1977, l'Université de Sherbrooke détient 80 brevets à travers le monde, dont 40 pour les travaux de recherche réalisés à Faculté des sciences.

En collaboration avec la Faculté de médecine, la Faculté des sciences a fondé l'Institut de pharmacologie de Sherbrooke en 1997. Ce dernier est situé au Centre hospitalier universitaire de Sherbrooke. La synthèse de molécules d'intérêt thérapeutique et l'analyse des effets pharmacologiques s'inscrivent dans ses principales activités.

Préparée pour l'avenir

La Faculté des sciences regroupe cinq départements: Biologie, Chimie, Informatique, Mathématiques et Physique. Plusieurs membres du personnel enseignant mènent des recherches dans des domaines très diversifiés comme en microbiologie et biotechnologie, en topologie computationnelle, en intelligence ajoutée aux matériaux et aux systèmes ou en chimie pharmaceutique. Pour offrir un enseignement de qualité aux étudiants, la Faculté des sciences encourage les professeures et les professeurs à poursuivre des recherches dans des technologies de pointe.

La Faculté des sciences s'adapte également aux besoins du marché du travail qui exige de plus en plus de compétences interdisciplinaires. En collaboration avec les facultés d'Administration, de Génie, de Médecine, d'Éducation et des Lettres et communications, la Faculté des sciences offre aujourd'hui une quinzaine de programmes de 1er cycle, dont la moitié est interdisciplinaire.